Le ministère de la Santé vient de bénéficier d’un appui substantiel dans la lutte contre le Vih/Sida. Il a reçu dans ce cadre 500 kits d’autotest pour le dépistage, lundi 8 avril dernier à Cotonou.

La Fondation Claudine Talon a joint l’acte à la parole à la suite de sa table ronde sur la prise en charge pédiatrique et l'élimination de la transmission mère-enfant du Vih/Sida, organisée à Cotonou en juin 2018. Par son entremise, le groupe Cvm vient d’apporter son appui au Bénin dans la lutte contre le Vih/Sida. Ainsi 500 kits d’autotest ont été remis au ministère de la Santé pour le dépistage.
L’objectif, selon Martial Codjovi, Ceo et président du groupe Cvm, c’est d’accompagner le Bénin dans la lutte contre ce fléau qui continue de faire ravage malgré les multiples efforts des gouvernants. L’autotest est un kit qui permet de faire son test de dépistage chez soi et d’en obtenir le résultat au bout de 20 minutes. Un test très efficace, selon Martial Codjovi, et qui permettra d’augmenter le taux de dépistage encore faible au Bénin. « C’est une première au Bénin après la validation par le pays en 2017 de son document national de médicalisation de dépistage du Vih », affirme le directeur de cabinet du ministre de la Santé, Pétas Enagnon Akogbéto. Il fait savoir que 30% des personnes vivant avec le Vih dans le monde ne connaissent pas leur statut sérologique et la tendance au Bénin est la même avec près de 25000 personnes, selon les résultats d’une étude menée à fin décembre 2018. C’est pour combler cette lacune liée à l’insuffisance de dépistage que ces moyens sont déployés pour augmenter sensiblement le recours au service de dépistage, en particulier chez les populations à faible couverture par les services sanitaires et exposées à un risque plus important. Ces couches rechignent en effet à se présenter dans les centres de santé pour se prêter à ce test.
Pétas Enagnon Akogbéto salue cette action des donateurs qui vise à booster les stratégies innovantes qui accélèrent la marche vers un contrôle plus accru de ce fléau. Il rappelle l’engagement de la Fondation Claudine Talon pour l’élimination de la transmission mère-enfant et la prise en charge pédiatrique du Vih marqué par l’organisation de diverses séances de travail avec les acteurs clés, les dons d’antirétroviraux et l’appui au suivi des recommandations de cette table ronde sur l’élimination de la transmission mère-enfant et la prise en charge du Vih/Sida. Flore Gangbo, coordonnatrice du Programme santé de lutte contre le Sida (Psls), précise pour sa part les couches susceptibles de bénéficier de ces kits. Il s’agit des homosexuels, les travailleuses de sexe, les conjoints de certaines femmes enceintes qui refusent de se soumettre à ce test, etc. Elle rassure de la meilleure utilisation de ces kits dont un plan d’utilisation est déjà prévu par le programme.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1311 fois