Les résultats de la 5e édition de l’Enquête démographique et de santé du Bénin (Edsb-V) ont été disséminés hier, mardi 2 avril, à Cotonou au cours d’un atelier. Les travaux de cet atelier ont été présidés par le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané et le représentant de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), chef de file des partenaires techniques et financiers, Allan Read.

Plus de quatre femmes sur cinq ayant une naissance vivante au cours de ces 5 dernières années, soit 83%, ont reçu des soins prénatals dispensés par un prestataire qualifié. En moyenne, 78% des naissances se sont déroulées avec l’assistance de personnel qualifié et 84% ont eu lieu dans un établissement de santé. Le pourcentage d’enfants de moins de 5 ans dont la naissance a été enregistrée à l’état civil est de 86%. Et, un enfant sur 3 (33%) de 5-17 ans a travaillé à la limite au-dessus du seuil défini pour son groupe d’âges, que ce soit en participant à des activités économiques, en accomplissant des tâches domestiques ou en travaillant dans des conditions dangereuses. De même, la majorité des enfants (91%) de 1-14 ans a subi n’importe quelle forme de discipline violente (châtiments corporels ou des punitions psychologiques). Ce sont-là quelques résultats issus de la cinquième Enquête démographique et de santé du Bénin (Edsb-5) qui ont fait l’objet d’un atelier de dissémination nationale ce mardi.
Pour le directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae), Laurent Hounsa, l’Edsb est une enquête opérationnelle quinquennale faite depuis 1996. Les résultats de l’Edsb-5, selon lui, offrent aux décideurs politiques et aux partenaires de mieux choisir les politiques de développement. C’est pourquoi il a remercié tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette enquête.
Le représentant résident au Bénin de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), Allan Read, chef de file des partenaires techniques et financiers, estime que les données collectées sont essentielles pour la prise des décisions à tous les niveaux. Des décisions qui, ajoute-t-il, sont pour la planification et la conception pour les cinq ans à venir des politiques de développement.
En procédant au lancement des travaux de dissémination du rapport final, le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, déclare qu’il est animé d’un sentiment qui tient à deux raisons essentielles. La première raison, souligne-t-il, est que cette phase de dissémination intervient à un moment où le gouvernement a entrepris une refonte du système statistique national pour le rendre plus performant et plus productif. « Ceci nous permettra de répondre aux exigences des agendas nationaux et internationaux comme le Programme d’action du gouvernement (Pag), le Programme national de développement (Pnd), les Objectifs de développement durable (Odd) et l’Agenda 2063 de l’Union africaine », indique-t-il. La deuxième raison, selon le ministre d’Etat, est qu’elle concerne un sujet crucial qui touche au bien-être de la population en général et à la protection sociale en particulier.

Contenu du rapport de l’enquête

En effet, tant au niveau national qu’international, la santé des populations constitue une priorité pour tous les dirigeants. C’est conscient de cet enjeu que le gouvernement a prévu la réorganisation du système de santé pour une couverture sanitaire plus efficace. Abdoulaye Bio Tchané fait remarquer, par ailleurs, que les Objectifs de développement durable (Odd) y font référence, à travers l’Odd 3 qui vise à « Donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges ».
La cinquième édition de l’Eds qui s’est déroulée du 6 novembre 2017 au 28 février 2018 est une enquête rétrospective au cours de laquelle 14 435 ménages dont 6 892 en milieu urbain et 7 543 en milieu rural ont été échantillonnés. Le taux de réponse est évalué à 99%. Les informations recueillies donnent un aperçu global des thématiques abordées, sur le plan national et dans chacun des douze départements du pays.
L’enquête fournit des informations détaillées sur les niveaux de fécondité, les préférences en matière de fécondité, la connaissance et l’utilisation des méthodes de planification familiale. Elle aborde également les questions liées à la mortalité des enfants, la mortalité maternelle, la santé maternelle et infantile, les pratiques en matière d’allaitement, l’état nutritionnel des femmes et des enfants de 0-59 mois et bien d’autres thématiques d’actualité.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1058 fois