Prévenir le cancer, traiter les ulcères ou encore les inflammations, le curcuma est cette épice de la même famille que le gingembre, qui offre une multitude de bienfaits à l’organisme. Cependant il reste encore très peu consommé et ses vertus, très peu connues au Bénin.

« Le curcuma n’est pas connu de tous et ne coule pas comme les autres épices », confie Gisèle Minhoba, vendeuse d’épices au marché Dantokpa. « Nous vendons souvent le kilogramme du curcuma à 700 F Cfa. Mais, les gens ne l’achètent pas beaucoup comme le gingembre par exemple. Le peu de personnes qui viennent l’acheter chez moi m’avouent qu’elles l’utilisent soit pour colorer les repas, préparer des tisanes soit pour faire des gommages », ajoute-t-elle. Une réalité que confirme Jeannine Agbo Monlemey, sage-femme nutritionniste. « La plupart des Béninois ignorent encore tout des vertus du curcuma alors que c’est une épice indispensable à l’homme », affirme-t-elle. Elle indique que cette épice, de couleur jaune orange, a pour élément fondamental la curcumine. « Le curcuma contient également des huiles essentielles, de l’amidon, des colorants, des vitamines et des fibres » précise-t-elle.
Outre son usage culinaire, le curcuma est un véritable allié de la santé. Il contient plusieurs éléments très bénéfiques pour l’organisme. Selon Jeannine Agbo Monlemey, il permet de prévenir le cancer de seins, des poumons, les problèmes
cardio-vasculaires, le diabète, les troubles visuels et les problèmes neurologiques. « Le curcuma est plus efficace que les anti-inflammatoires vendus dans les pharmacies. Il permet de lutter contre les inflammations de toutes sortes, de protéger les os et les dents et de dynamiser le système immunitaire. Car, il purifie le sang au jour le jour », explique-t-elle. A l’en croire, le curcuma permet à l’homme d’éliminer les déchets de son corps.
Riche en fibres alimentaires, le curcuma favorise le processus digestif, régule la flore intestinale, atténue les risques de gastrites et d’ulcères, protège le foie, améliore la digestion des corps gras et des sucres et augmente la sécrétion biliaire. « Il est dès lors particulièrement recommandé en cas de difficultés digestives, de colite, de colique, de prise d’antibiotiques irritants, de brûlures d’estomac, de gaz et de ballonnements. Et il aide aussi à faire baisser le mauvais cholestérol. Il permet également d’apaiser les règles douloureuses », précise-t-elle. 

Du curcuma dans la cosmétique

Elément nutritif de grande valeur, le curcuma intervient aussi dans la cosmétique. Selon Jeannine Agbo Monlemey, il aide à maintenir la peau saine. Pour elle, il combat les boutons en inhibant la croissance des bactéries responsables et en réduisant la sécrétion de sébum par les glandes sébacées. « Son utilisation constante efface les cicatrices », ajoute-t-elle.
Par ailleurs, selon Jeannine Agbo Monlemey, il ne comporte pas d’effets secondaires. Mais « le curcuma à haute dose, peut entraîner certains effets indésirables, il nous revient donc de ne pas en abuser », prévient-elle.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 4115 fois