La direction nationale de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Dnrsi) en partenariat avec l’Institut de recherche pour le développement (Ird) a organisé, mercredi 12 décembre dernier à l’Université de Parakou, une rencontre d’échanges sur le thème‘’ Comportement alimentaire des Béninois et bien-être’’. C’est à travers l’initiative ‘’Café de la science’’.

Trois sous-thèmes en lien avec le thème général ‘’Comportement alimentaire des Béninois et bien-être’’ ont constitué la substance des échanges entre étudiants, panélistes et enseignants chercheurs des universités, au cours de la quatrième rencontre du ‘’Café de la science’, mercredi 12 décembre dernier à l’Université de Parakou. Alors que le premier sous-thème ‘’Nutrition et santé’’ a été exposé par le professeur Victoire Agueh, Dr Franck Hongbèté s’est chargé de présenter le deuxième qui portait sur ‘’Diversité des condiments et plats consommés’’. Quant au troisième sous-thème ‘’ Alimentation et état nutritionnel chez les enfants’’, il a été confié au Dr Alphonse Noudamadjo.
Outre les conditions dans lesquelles les aliments et nutriments sont bien utilisés par l’organisme, la première communication s’est également intéressée aux bons comportements que l’on doit observer pour garantir les apports suffisants en aliments afin d’éviter les troubles nutritionnels. Un accent particulier a été mis sur la prévalence de ces troubles au Bénin, chez les enfants, les adolescents, les femmes en âge de procréer et d’une façon générale chez les adultes.
Consacrée à un groupe particulier d’aliments, la deuxième communication a été l’occasion pour présenter les différents types de condiments disponibles au Bénin. Dr Franck Hongbèté a insisté sur leur rôle principal qui est d’améliorer les propriétés organoleptiques des aliments, notamment, leur goût.
Ces condiments, précise le professeur Victoire Agueh, peuvent aussi jouer un rôle dans l’organisme en ce qui concerne la mise à sa disposition des antioxydants, lesquels jouent le rôle de gendarmes dans la lutte contre les effets nocifs des radicaux libres. Evoquant les types de modèles nutritionnels au Bénin dans la troisième communication, elle en a cité deux. Il s’agit du type de modèle nutritionnel traditionnel et de celui moderne. Environ 66% des Béninois, a-t-elle indiqué, ont adopté le type de modèle nutritionnel traditionnel, et 33% le type de modèle nutritionnel transitionnel (moderne). Ce dernier, développe-t-elle, présente des risques d’obésité parce qu’il est souvent riche en sel, sucre, et est gras. Autant d’aliments, avertit-elle, qui favorisent la survenue des maladies cardio-vasculaires. Selon elle, sur le plan diététique, le type de modèle nutritionnel traditionnel est plus nutritif. Il contient plus de fibres alimentaires, plus de micronutriments et plus de vitamines.Cependant, prévient-elle, il doit être amélioré, vu la monotonie qui prédomine. C’est la raison pour laquelle, les conférenciers ont dans leur ensemble insisté sur la diversité alimentaire qui est le seul gage de la couverture efficace des besoins en nutriments au niveau de l’organisme.
A l’Université de Parakou, se réjouira son vice -recteur chargé de la recherche universitaire, Dr Holden Fatigba, une importance est accordée à l’animation scientifique. « C’est plutôt un honneur, et nous en sommes fiers », a-t-il poursuivi.
Après avoir renouvelé ses remerciements aux responsables de cette université, le chef d’antenne de l’Ird au Bénin, Florent Engelmann, a apprécié la qualité des sous-thèmes présentés. Il espère la poursuite de l’initiative.
L’initiative ‘’Café de la science’’, selon le directeur du Partenariat et de la Promotion de la recherche scientifique et de l’innovation, Christophe Gandonou, a pour objectifs, d’échanger sur des questions importantes de développement du Bénin. Elle permet également d’échanger sur les résultats de recherches, afin d’adopter de nouveaux comportements.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3406 fois