Le Bénin renoue encore avec la fièvre hémorragique à virus Lassa cette année après 2014, 2016 et 2017. Le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, l’a officiellement annoncé, vendredi 7 décembre dernier à Cotonou, à la faveur d’un point de presse.

« Notre pays, le Bénin, fait face encore à une épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa », a annoncé, vendredi dernier, le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin. Cette annonce fait suite aux conclusions des analyses de prélèvement sur un cas suspect au Centre hospitalier universitaire départemental de Parakou.
En effet, la Direction départementale de la Santé du Borgou a notifié, jeudi 6 décembre, au ministre de la Santé un cas suspect de fièvre hémorragique à virus Lassa admis au Centre hospitalier universitaire départemental de Parakou (Chud). Il s’agit, explique le ministre, d’une Béninoise âgée de 22 ans, ménagère résidant à Tabèrou au Nigeria. Elle est rentrée au Bénin le 29 novembre dernier suite à la persistance d’un ensemble de malaises à savoir la fièvre, le vomissement, la fatigue et la diarrhée, survenus une semaine plus tôt.
Face à cette situation, poursuit le ministre, le dispositif de riposte a été activé. La patiente a été isolée et mise sous traitement spécifique. Les personnes qui ont été en contact avec elle sont en observation. Il a rassuré toute la population que les mesures de santé publique en cours permettront d’endiguer rapidement cette flambée. Il s’agit de la présence de l’équipe d’intervention rapide formée et qui est déjà à l’œuvre sur le terrain. Ensuite, des salles d’isolement et de traitement sont apprêtées pour la gestion des cas suspects et confirmés, et la sensibilisation de la population en particulier des guérisseurs, des notables, leaders religieux et traditionnels est déjà en cours. Enfin, des équipements de protection individuelle, médicaments, consommables médicaux, matériel d’hygiène précédemment positionnés seront complétés au besoin.
Il a saisi cette occasion pour rappeler à toute la population que le virus responsable de la fièvre hémorragique à virus Lassa se transmet d’une personne infectée malade à une personne non malade par contact avec les liquides biologiques, c’est-à-dire le sang, les vomissures, les selles et les urines. Il se transmet également par contact avec les excréments de rongeurs, notamment le rat à multiple mamelles.
Après avoir rappelé les manifestations de cette maladie, il a invité les populations à observer un certain nombre de comportements. Dès les premiers signes, conseille-t-il, il est impératif de se rendre immédiatement au centre de santé le plus proche. En plus, les populations doivent observer les mesures d’hygiène et éviter la manipulation et la consommation des rats et tout contact avec une personne suspecte ou malade de cette fièvre. Aussi, doivent-elles éviter tout contact avec les liquides biologiques, selles, urine, salive, vomissures et les objets contaminés d’une personne suspecte, malade ou décédée de la fièvre hémorragique à virus Lassa.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2116 fois