Le ministre de la Santé, Alassane Séidou, a déclaré le 12 mars 2018 comme la date de la fin de l’épidémie de la fièvre de Lassa dans les départements de l’Alibori, de l’Atacora, du Borgou, et des Collines. C’était à la faveur d’une séance d’information organisée, ce vendredi 16 mars à Cotonou.

Conformément au règlement sanitaire international, qui recommande l’observance d’une période de 21 jours fois 2 sans enregistrement de cas, le ministre de la Santé, Alassane Séidou, a déclaré, vendredi dernier, la fin de l’épidémie de la fièvre de Lassa dans les départements de l’Alibori, de l’Atacora, du Borgou, et des Collines. Pour une 4e fois, explique-t-il, le Bénin vient de connaître l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa depuis le 2014.
La confirmation de la dernière fois a été faite le samedi 13 janvier 2018 par le laboratoire de référence du Bénin qui a été homologué par celui du Nigeria agréé par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms). Cette confirmation fait suite à l’enregistrement des signes compatibles à la définition de cas de fièvre hémorragique à virus Lassa chez un patient de nationalité béninoise âgé de 35 ans venu du village Nadoba au Togo, localité frontalière à la commune de Boukombé au Bénin, le 19 janvier dernier, conformément au règlement sanitaire international.
Ainsi, du 8 janvier 2018, date du premier cas présumé index au 25 janvier 2018, date de décès du dernier cas confirmé, cinq cas confirmés tous décédés ont été enregistrés. Selon Alassane Séidou, plusieurs interventions ont été menées tant par les autorités béninoises et les partenaires techniques et financiers comme l’Unicef, la Croix rouge, l’Usaid et l’Oms. Ces interventions menées dans le cadre de la gestion de cette épidémie, rapporte-t-il, se résument, entre autres, en l’activation du comité de crise sanitaire, au renforcement de l’équipe locale par une équipe mixte ministère de la Santé et l’Oms, la recherche active des cas dans la communauté et des personnes ayant eu contact avec les patients identifiés. Elles concernent aussi le suivi clinique pendant vingt-et-un jours des différents contacts enregistrés, la mobilisation sociale et la communication sur la fièvre hémorragique à virus Lassa à travers les médias de proximité et la sensibilisation grand public dans les lieux de regroupement des communes concernées. Elles prennent également en compte la coordination quotidienne des interventions avec le Conseil national de lutte contre le Sida, la tuberculose, le paludisme et les épidémies, l’Agence nationale de la protection civile et tous les partenaires techniques et financiers.
Après avoir présenté les condoléances du gouvernement à toutes les familles éplorées, le ministre Alassane Séidou a averti que la fin de l’épidémie ne signifie pas que les autorités vont baisser la garde face aux fièvres hémorragiques virales en général et à la maladie à virus Lassa en particulier. Car, clarifie-t-il, le Bénin reste comme tous les autres pays du monde sous la menace des cas d’importation d’autres fièvres hémorragiques.
A cet effet, il a invité toute la population à pratiquer toutes les mesures d’hygiène élémentaire, notamment le lavage des mains à l’eau et au savon et à éviter de toucher ou de consommer les animaux sauvages. Pour le personnel de la santé, ajoute-t-il, l’observance des mesures universelles de la prévention et du contrôle des infections est recommandée.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2984 fois