La septième session extraordinaire de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (Cmae) tenue, du lundi 17 au mercredi 19 septembre à Gigiri, à Naïrobi sous l’égide du Programme des Nations unies pour l’environnement s’est penchée sur les nouvelles politiques sur l’environnement. Un engagement des autorités pour préserver l’écosystème soumis aux assauts des populations.

54 ministres africains de l’Environnement, des experts, des représentants des groupes de la société civile, les partenaires et les médias, ont pris activement part à la 7e Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (Cmae) organisée à Gigiri à Naïrobi, du 17 au 19 septembre dernier. Le thème de cette session s’intitule : « Prendre des politiques environnementales dans l’action grâce à des solutions innovantes ». La conférence s’est concentrée sur les stratégies, les plans et les investissements nécessaires pour mettre en œuvre le concept de solutions environnementales innovantes. Plusieurs rencontres ont marqué les travaux, notamment le segment de groupe d’experts tenu les 17 et 18 septembre et le segment ministériel organisé le 19 septembre dernier. A cela, il faudra ajouter le forum des grands groupes africains et les parties prenantes qui a eu lieu les 15 et 16 septembre derniers, ainsi que des événements secondaires présentant un intérêt pour la mise au point de la conférence. 

L’organisation de cette 7e conférence sur l’environnement a été une occasion pour la région Afrique de se préparer pour la quatorzième conférence des parties à la Convention des Nations unies sur la diversité biologique prévue du 17 au 29 novembre 2018 à Charm el-Cheikh, en Egypte. Elle aidera la région à se préparer pour le Sommet sur la biodiversité ministérielle africaine qui est organisé par l’Egypte cumulativement avec la Conférence des Parties.
Selon le bureau Afrique de l’Organisation des Nations unies pour l’environnement, les résultats de la 7e Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (Cmae) façonneront la position des pays africains et leurs contributions à l’Assemblée des Nations unies de l’environnement (Unea-4) qui aura lieu l’année prochaine sur le thème : « Des solutions innovantes pour les défis environnementaux et de la consommation et de production durables ».
Lors de sa 14e session tenue en 2012, la Cmae a adopté la décision de création d’une plate-forme de partenariat africain pour la coordination, la mobilisation des ressources, la connaissance et l’appui à la mise en œuvre du Plan d’action environnemental du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique. La plate-forme a été officiellement lancée lors de la 22e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Unfccc Cop 22) à Marrakech, en 2016. L’objectif de la plateforme de partenariat menée par l’Agence du Nepad est de promouvoir la gestion durable de l’environnement en Afrique grâce au renforcement des partenariats, à la coordination et à l’harmonisation des activités, ainsi qu’à la mise en commun des ressources à différents niveaux.
La 24e session de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Unfccc-Cop 24) se tiendra à Katowice, en Pologne, courant l’année 2018.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1313 fois