Le directeur général de l’Environnement et du Climat, Martin Pépin Aïna, a animé, ce mardi 19 septembre à Cotonou, une conférence de presse dans le cadre de la commémoration de la trentième Journée mondiale de préservation de la couche d’ozone célébrée le samedi 16 septembre dernier. Il a insisté sur les bonnes pratiques promues pour protéger la vie sous le soleil.

« Prendre soin de toute forme de vie sous le soleil », c’est le thème de la célébration de la trentième Journée mondiale de préservation de la couche d’ozone prévue pour samedi 16 septembre dernier. Dans ce cadre, le directeur général de l’Environnement et du Climat,
Martin Pépin Aïna, a rencontré la presse pour faire part des dispositions que le Gouvernement du Bénin prend pour respecter les clauses des différentes conventions et autres traités relatifs à la préservation de la couche d’ozone. En dehors des sensibilisations qui continuent sur les pratiques favorables à la protection de cette couche, indique le conférencier, des formations ont été initiées permettant d’aguerrir quelque 800 professionnels du froid et de la climatisation sur la qualité des fluides qu’ils utilisent dans leurs activités.
Pour le directeur général de l’Environnement et du Climat, le Gouvernement a prévu un plan qu’il est en train d’exécuter. Les techniciens en froid et climatisation se familiarisent avec les bonnes manipulations relatives aux fluides qu’ils utilisent, souligne-t-il. De même, une association a été portée sur les fonts baptismaux, le 15 septembre dernier, pour suivre et favoriser les bons gestes qui ne contribuent pas à l’appauvrissement de la couche d’ozone. Ladite association mènera des actions basées sur un système approprié pour les bonnes pratiques. Martin Pépin Aïna informe que sous un soleil ardent, lorsque votre ombre paraît plus petite que votre taille, vous êtes très exposé. Raison pour laquelle il conseille vivement de se protéger entre 11 heures et 16 heures.
Par ailleurs, il indique que face à l’usage de substances frigorifiques de mauvaise qualité, il importe de veiller pour protéger les populations contre les effets pervers liés à la dégradation de la couche sensible.
Du matériel a été remis, ce mardi 19 septembre, à l’Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi (Epac) et à l’Association des frigoristes de l’Atlantique et du Littoral, pour accompagner l’initiative pour la sauvegarde de la couche d’ozone. Le même geste avait été fait l’année dernière en direction du lycée technique de Kpondéhou (Akpakpa à Cotonou) et d’autres associations de frigoristes.
Ainsi, le Gouvernement prévoit-il également dans son plan, la promotion des hydrocarbures en lieu et place des hydrochlorofluorocarbones et des hydrofluorocarbones tous deux nocifs et dangereux pour la couche d’ozone.
Au titre des bonnes pratiques, Martin Pépin Aïna relève la maintenance des équipements disponibles avec des fluides frigorigènes de qualité d’où la certification. Il importe également dans la même veine pour les professionnels d’arrêter l’improvisation, d’accepter de se faire former pour accéder à la bonne information sur les bonnes pratiques. Il y a également à adopter l’orientation des bâtiments pour recevoir de l’air naturel, toutes précautions qui dispensent de l’usage de plus en plus répandu des climatiseurs et donc des fluides, conseille-t-il. C’est dans cet ordre d’idées que pour limiter la production de la dioxine, l’érection de centres de recyclage de pneus et de transformation des sachets plastiques en gaines électriques est encouragée. Les agents de la police environnementale ont reçu des instructions pour sensibiliser, former, avertir et verbaliser en cas de récidive tous ceux qui posent des actes de nature à dégrader la couche d’ozone. La survie de la communauté nationale et internationale est à ce prix.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1837 fois