La rentrée scolaire 2019-2020 s’effectuera à bonne date et sans couac. Toutes les dispositions ont été prises à cet effet. Le gouvernement, par l’entremise des ministres des Enseignements maternel et primaire, et secondaire, technique et de la Formation professionnelle en a donné l’assurance, hier mercredi 11 septembre à Cotonou. Mahougnon Kakpo et Salimane Karimou, à la faveur d’une conférence de presse, ont expliqué toutes les diligences effectuées par l’Exécutif pour une rentrée scolaire exempte de tout reproche.

L’effectivité de la rentrée des classes, cette année, dans les meilleures conditions ne fait l’ombre d’aucun doute. Hier, deux ministres du gouvernement, Mahougnon Kakpo des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, et Salimane Karimou des Enseignements maternel et primaire, face aux hommes des médias, ont dévoilé l’arsenal mis en place à cet effet. L’on retient, pour l’essentiel, que le gouvernement béninois a d’abord pris langue avec les partenaires sociaux pour examiner les doléances en instance. « Les échanges avec nos partenaires sociaux nous ont permis de comprendre qu’avec nous, ils sont prêts pour que la rentrée puisse normalement s’effectuer », se réjouit Mahougnon Kakpo.
A côté, les écoliers admis au Certificat d’études primaires sont répartis dans les collèges appropriés, les journées pédagogiques ont été organisées avec succès, les temps et programmes scolaires ont été réaménagés en conséquence, le format des épreuves a été harmonisé dans toutes les disciplines d’enseignement ; ce qui n’était pas le cas. De même, les directions de certains établissements dirigés par des enseignants non qualifiés sont dorénavant mises aux normes.
A la formation technique et professionnelle, toutes les dispositions ont été également prises. La nouveauté à ce niveau est qu’un plan d’urgence a été élaboré. Il tient compte de la formation des acteurs, de la relecture et de la conception des curricula sous forme de métier et non de filière. Deux établissements d’enseignement technique seront ouverts à compter de cette année. Il s’agit du Lycée technique et professionnel de Bopa et de celui de Tchaourou (qui rouvre ses portes).
En plus de ces diligences, les subventions diverses, les différentes primes, les bourses et autres allocations dans tous les sous-secteurs sont prêts, positionnés dans les différentes banques, et les bénéficiaires pourront déjà les toucher dès la rentrée pour certains et quelques semaines après pour  les autres.

Pas de fermeture d’écoles

Cette année, il n’y a pas eu de mutations sauf quelques cas sociaux et rapprochements de conjoints qui ont été pris en compte. Le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, en atteste. Les responsables des différents établissements ont été désignés conformément aux textes en la matière.
Au niveau de notre sous-secteur, « nous n’allons pas ouvrir, à cette rentrée-ci, les 39 409 salles de classe. Nous allons ouvrir 36 002» ; et ce, dans le souci d’une gestion rationnelle des ressources financières et matérielles « que l’Etat met à notre disposition », informe le ministre, avant d’expliquer les motifs de cette décision. « Nous avons essayé au niveau de certaines écoles de créer des classes multigrades, de jumeler certaines classes pour rentabiliser les ressources de l’Etat… Il ne faut pas confondre cela avec une fermeture d’école. Je dis de façon formelle qu’aucune école n’a été fermée », martèle le ministre Salimane Karimou qui indique avoir noté malheureusement que les commentaires, ces derniers jours, au sujet de cette décision, vont « dans tous les sens ». Il n’y a eu que des fusions de salles de classe dépourvues d’effectif (il faut au moins 50 apprenants par salle, à défaut, elle sera fermée) dans les groupes (au sein des complexes scolaires). « Aucun village du
Bénin n’a perdu son école et aucun apprenant ne fera de longues distances avant de se rendre dans son école», a-t-il clarifié.
L’on note également que les cahiers d’activités sont disponibles, et pour les apprenants des classes de CI et CP du privé comme du public, ces cahiers leur seront distribués gratuitement. Les cantines scolaires sont également prêtes. Dans certaines localités en proie aux inondations, toutes les dispositions ont été prises pour qu’un calendrier spécial soit établi au profit des apprenants.
En gros, toutes les dispositions ont été prises pour que la rentrée soit effective, sans anicroche et surtout pour que les cours démarrent effectivement « le premier jour de l’année scolaire», ont indiqué les deux ministres qui saluent au passage les structures de la place et organisations internationales qui ont offert des kits aux écoliers et élèves béninois sur toute l’étendue du territoire national.

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Lu 2120 fois