×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 897

Nommée ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à la suite du remaniement ministériel du jeudi dernier, Eléonore Yayi Ladékan est entrée officiellement dans ses nouvelles fonctions. La cérémonie de passation de charges s’est déroulée, ce vendredi 6 septembre, dans les locaux dudit ministère à Cotonou.

Comme attendu ce vendredi, la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan, est entrée officiellement dans ses nouvelles fonctions. La désormais ancienne vice-recteur de l’Université d’Abomey-Calavi a pris les clefs de son département ministériel des mains de la ministre sortante, Marie-Odile Attanasso, à la faveur d’une cérémonie de passation de charges empreinte d’émotions.

S’exprimant à la suite des secrétaires généraux des deux syndicats et du secrétaire général du ministère, Marie-Odile Attanasso dit passer le témoin à son successeur « avec un cœur léger ». Tout en remerciant le président Patrice Talon de lui avoir offert l’occasion de se frotter à la fonction ministérielle, l’enseignante appelle à la vigilance de la nouvelle patronne des lieux car, elle devra pleinement naviguer dans « des milieux de ruse, d’intrigue et de compromission ». Au plan administratif et autres, tous les documents sont-là, et Eléonore Yayi Ladékan pourra y puiser toutes sortes d’information pour une bonne continuité de l’action gouvernementale, insiste Marie-Odile Attanasso. Cette dernière se dit également disponible à fournir à la nouvelle ministre toutes les informations dont elle aura besoin pour un parfait accomplissement de sa mission, avant de lui souhaiter « bon vent » à la tête du ministère.

De son côté, Eléonore Yayi Ladékan remercie la ministre sortante et dit mesurer l’immensité des tâches abattues et celles qu’elle devra réaliser afin de vraiment tisser la nouvelle corde au bout de l’ancienne. S’adressant au personnel, l’ancienne vice-recteur affirme que le travail à abattre est d’ordre républicain et que personne ne sera de trop pour l’atteinte des objectifs fixés. « Nous allons ensemble continuer la marche pour que vive notre pays, le Bénin, et surtout pour que le système éducatif en sorte victorieux », conclue-t-elle.

La cérémonie de passation de charges a pris fin, entre autres, par la signature de documents suivie aussitôt de l’échange des parafeurs ; un moment qui marque officiellement l’entrée en fonction de la nouvelle ministre et le départ de son prédécesseur.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1441 fois