L’accusé Prudence Médéda alias "Sissi" profite de l’absence de l’ami de la victime et exerce des violences sexuelles sur C.D., une apprentie couturière. Ce comportement l’a amené devant la cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou. Après examen du dossier à huisclos, ce lundi 3 juillet, il a été condamné à huit ans de travaux forcés.

Au terme de l’examen des faits de viol et vol dont il est accusé, Prudence Mèdéda écope de huit ans de travaux forcés. Ainsi en a décidé la cour d’assises de la cour d’appel à l’occasion de la session supplémentaire 2017 dont le treizième dossier qui y est consacrée.
La cour l’a reconnu coupable des faits mis à sa charge. L’accusé a été défendu par Me Rufin Tchiakpè. Pour les intérêts civils, la fillette C.D.
Les faits remontent au 12 juillet 2012, au quartier Tchinvié à Porto-Novo. Mademoiselle C. D., apprentie couturière était en train de visualiser un disque compact (CD) avec son ami José Houénou, devant le domicile de ce dernier. Un instant après, José Houénou fut appelé par l’un de ses oncles à l’intérieur de la concession. S’étant ainsi retrouvée seule, la jeune fille a constaté la présence à côté d’elle du nommé Prudence Mèdéda alias "Sissi", qui, par des artifices voulait lui subtiliser le téléphone portable de José Houénou qu’elle avait en main.
Prudence Mèdéda fit semblant de partir et par surprise donna un coup sec au dos de C.D. qui perdit connaissance et se réveilla plus tard dans une chambre où Prudence Mèdéda lui imposait des relations sexuelles. Après avoir retrouvé ses esprits, elle le reconnut et l’appela par son pseudonyme "Sissi". Il la menaça de mort ou de démence en brandissant un couteau et des amulettes si jamais elle le dénonçait. Après supplications, il finit par l’abandonner sur les lieux, en emportant une somme de quatre mille (4000) francs Cfa qu’elle avait dans son sac à main. Inculpé de viol et de vol, Prudence Mèdéda a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure et s’est engagé à lui restituer les fonds dérobés.
Le bulletin n°1 de son casier judiciaire ne porte mention d’aucune condamnation antérieure¦

Composition de la cour

Président  : Jules Chabi Mouka
Assesseurs  : Martial Boko
Islamiath Moustapha
Ministère public  : Marie José Kpatinvoh
Greffier  : Christophe Tchéou

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2175 fois