L’éducation constitue l’un des secteurs prioritaires du gouvernement pour l’année 2020 en matière de réforme. C’est ce que révèle le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2020-2022 du ministère de l’Economie et des Finances.

Dans le secteur de l’Education, le gouvernement du président Patrice Talon envisage de donner la priorité aux enseignements secondaire et supérieur.
Pour les Enseignements secondaire, technique et la Formation professionnelle, le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2020-2022 affirme que les priorités concerneront, entre autres, la restructuration du dispositif de pilotage et de suivi des Enseignements secondaire, technique et la Formation professionnelle (Estfp), la poursuite du renforcement de l’attractivité de l’Enseignement secondaire, technique et la Formation professionnelle et l’amélioration de l’employabilité des jeunes. Les autres défis du gouvernement ont trait à l’amélioration de l’accès, de l’équité et de la qualité, l’extension de la mesure de gratuité à l’enseignement secondaire général pour la promotion de la scolarisation des filles ainsi que le développement de l’alphabétisation centré sur les couches socio-professionnelles.
 Au niveau de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’État mettra l’accent sur l’opérationnalisation de la Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir (Ciis) qui est un projet phare du Pag ainsi que la construction des infrastructures au profit des universités nationales publiques. Le gouvernement envisage d’équiper les infrastructures et les laboratoires des universités publiques en matériels modernes. L’opérationnalisation des agences en cours de création, à savoir l’Agence béninoise d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur (Abaqes) et l’Agence béninoise de la recherche et de l’innovation (Abri) préoccupe aussi le gouvernement, sans occulter la poursuite de l’interconnexion de toutes les universités du Bénin. Le gouvernement désire également rendre opérationnel le Conseil National de l’Education (Cne). L’ouverture des centres de métiers et leur équipement en matériel et personnes ressources (filières techniques et professionnelles ciblées) et le recrutement d’enseignants en nombre suffisant, compte tenu du départ massif à la retraite en 2019 font aussi partie des chantiers envisagés par le gouvernement.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 730 fois