Des responsables des systèmes financiers décentralisés ont pris part, ce mercredi 2 octobre, à un atelier de renforcement de capacité sur l’égalité femme et homme dans le secteur de la Micro finance. C’est une initiative conjointe de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Bénin et du projet d’appui au développement, à la professionnalisation et à l’assainissement de la Microfinance (Adapami).  

L’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Bénin (Apsfd) et le projet d’appui au développement, à la professionnalisation et à l’assainissement de la Microfinance (Adapami) se donnent la main pour asseoir une micro finance sensible au genre. L’atelier de renforcement de capacité des dirigeants des systèmes financiers décentralisés (Sfd) sur l’égalité femme et homme s’inscrit dans cette démarche.
Le souhait des organisateurs est de « réduire les inégalités entre les sexes dans les activités de microfinance », explique Ignace Dovi, directeur de l’Apsfd, convaincu que les femmes ont un potentiel à  faire valoir lorsque les moyens sont mis à leur disposition.
Il justifie l’opportunité de la rencontre : « Nous abordons le dernier trimestre de l’année, période au cours de laquelle, les activités de microfinance au niveau de vos institutions s’intensifient ».
L’organisation de l’atelier est fondée sur des constats. Lesquels ne sont pas systématiquement avantageux aux femmes quoi-qu’elles représentent la cible majoritaire des Sfd. « A fin décembre 2018, on dénombre près de 1.657.985 femmes contre 1.165.043 hommes, soit 59 % de femmes contre 41 % d’hommes qui ont été touchés par les Sfd. De même, le nombre d’emprunteurs actifs à fin 2018 est de 397.339 femmes contre 395.916 hommes », relève Ignace Dovi.  
Toutefois, cet effectif numérique des femmes pèse peu dans la balance de la microfinance, notamment dans le volume de crédit qui leur est octroyé. « Les femmes ne bénéficient pas des mêmes traitements que les hommes. Elles reçoivent de faibles montants de crédit comparativement aux hommes car ne disposant pas de garanties suffisantes pour couvrir les financements des Sfd », relève-t-il.
D’où la motivation du projet Adapami qui ambitionne de relever le défi du genre dans le secteur de la Microfinance. « Le projet Adapami, conscient de ces inégalités entre les sexes quant à l’accès aux ressources, à la propriété… a retenu de travailler pour une microfinance sensible au genre ; dans son approche, il a choisi d’insuffler un dynamisme au secteur en prônant l’égalité femme-homme dans les pratiques des Sfd », développe-t-il.
Occasion pour le directeur dudit projet, Maurille Couthon de vanter ses mérites: « Le projet Adapami prône l’égalité femme-homme et nous avons la ferme conviction que la jouissance de droits et d’opportunités par la femme constitue une arme puissante contre de nombreux maux qui l’affectent et qui freinent son épanouissement social, économique et professionnel ».  
Pour que l’engagement des Apsfd et des responsables du projet Adapami soit couronné de succès, Ignace Dovi prône un élan collégial de tous les acteurs : « Les actions conjuguées des points focaux feront tache d’huile si les dirigeants et les décideurs dans les Sfd partagent la même vision ».
Les responsables promettent de poursuivre leurs efforts pour réduire les inégalités notées dans le secteur de la microfinance de manière active et participative. Mais avant, Maurille Couthon énumère des préoccupations auxquelles les participants à l’atelier devront apporter des réponses : « Le processus budgétaire au sein des Sfd membres de l’Ap-Sfd et au sein de l’ApSfd elle-même est-il sensible au genre ? Chacun des Sfd membres de l’ApSfd dispose-t-il déjà de ses propres orientations, stratégies et plans d’actions en matières d’égalité femme-homme (Efh) ? Les dirigeants des Sfd sont-ils suffisamment outillés en matière d’Efh ?, soumet-il à l’appréciation des participants pour montrer l’enjeu de la prise en compte effective et efficace du genre dans les activités de micro finance.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 767 fois