Artiste plasticien, Armel Kponoukon dit Sumason, est un adepte du véganisme, un courant philosophique qui prône la vie sans produits d’origine animale. Végétalien depuis vingt ans, il nous parle ici des motivations de son choix de vie. Ses propos sonnent comme un appel à une alimentation responsable et durable qui procure le bien-être et reste respectueuse de la nature.

La Nation : Quelle est la différence entre végétarisme, végétalisme et véganisme ?

Armel Kponoukon : Les végétariens ne consomment pas la viande mais certains consomment des dérivés des produits animaux tels que les œufs (ovo-végétarisme) ou le lait (lacto-végétarisme) ou encore les deux. Quant aux végétaliens, ils ne mangent que des produits provenant directement des végétaux : feuilles, racines, fleurs, etc. Les végans, non seulement ne mangent que des végétaux mais ne portent pas d’objets provenant des animaux comme les sacs ou les chaussures en cuir. Le véganisme s’est plus développé aux Etats-Unis.

C’est l’extrême, non ?

Non. Il y a les praniques, c’est-à-dire les adeptes du pranisme ou de l’inédie encore appelée respirianisme, qu’on retrouve surtout en Inde. Ils ne s’alimentent pas comme nous : ils ne prennent ni nourriture ni boisson pendant un long moment ; ils vivent seulement du prana, l’énergie vitale universelle.

Et ils arrivent à tenir ?
 
(Rires) Sinon, ils ne vont pas continuer à le faire. J’ai fait l’expérience et j’ai pu tenir une semaine, quoique je fusse devenu faible et j’ai arrêté.

Qu’est-ce qui vous a amené à adopter le végétalisme comme mode alimentaire ? Est-ce par contrainte de santé, de religion ou juste un choix de vie ?

Il y a un côté spirituel et un côté bien-être dans ce choix. J’avais commencé par le côté spirituel: j’estime qu’on fait du mal aux animaux pour juste satisfaire notre ventre. Il y a beaucoup de passages des livres saints qui nous alertent mais nous n’y faisons pas attention. Je vous donne quelques passages. Dieu dit dans Genèse 1 verset 9 : « Je vous donne toutes les herbes portant semence, et tous les arbres ayant des fruits portant semence : ce sera votre nourriture ». Dans l’épître de Saint Paul aux Romains, il écrit: « Il est bien de ne pas manger de viande… » (Romains 14 Verset 21.) Jésus a dit : « Ceux qui mangent la chair d’animaux deviennent leur propre tombeau. Je vous le dis honnêtement, l’homme qui tue sera tué. Celui qui tue un être vivant pour sa chair mange la chair d’un homme mort. » Les religions indiennes demandent également d’éviter de manger de la viande. Un précepte hindou dit: « Evitez la viande ! », car celui qui tue un être sensible ne sera pas béni.
Le Coran, écriture sainte de l’islam, interdit : « De manger des animaux morts, du sang et de la chair ».
Han San Tsu, grand maître Zen chinois, s’est opposé au fait de manger de la viande et a écrit : « Pourquoi ôtez-vous la vie de ces chers êtres pour maintenir les vôtres ? Ceux qui mangent la viande font mourir la graine de grande miséricorde qui est en eux. Ceux qui mangent la viande se tuent et se mangent les uns et les autres. Cette vie, je te mange et la vie prochaine, c’est toi qui me manges »…
Puis, j’ai constaté que les problèmes de santé deviennent de plus en plus récurrents. Il y a beaucoup de maladies : diabète, hypertension, goutte, arthrose, hémorroïde, et souvent les médecins conseillent de diminuer la consommation de viande. Mais où manger sans viande à Porto-Novo où vous savez qu’on aime beaucoup faire la fête. Il n’y avait pas un centre où les gens peuvent manger végétalien. J’ai alors décidé d’installer en 2007 le restaurant « Végan Suma » pour faire la promotion du végétalisme.

Les gens s’y intéressent-ils ?

Oui. Sinon, je ne peux pas tenir depuis douze ans, payer mes employés et les impôts. Les gens comprennent de plus en plus que l’alimentation du futur, c’est non seulement le bio, mais surtout le végétalisme. Il faut manger naturel, ce qui sort directement de la terre. On dit que si tu veux être fort comme le taureau, il faut manger ce que consomme le bœuf et non l’animal lui-même. Le bœuf se nourrit essentiellement des végétaux, des champignons et c’est ce que nous devons faire. Hippocrate, le père de la médecine, disait : « Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit ta nourriture ! ».Actuellement, ça semble utopique, mais si l’on veut vivre longtemps et en bonne santé, nous devons aller au végétalisme pour préserver notre environnement, pour préserver notre santé. Nous devons cesser de creuser notre propre tombe avec nos dents.   
Beaucoup d’études ont montré que l’alimentation carnée est à bannir. Manger de la viande rend l’individu malade  et l’amène à dépenser énormément dans les  maladies tôt ou tard. Aujourd’hui, des enfants sont obèses. D’autres ont prématurément le diabète de type 2, 3, etc. C’est un drame. Il faut que ceux qui ont le pouvoir investissent dans la sensibilisation et dans la production du bio, du naturel et surtout dans la promotion du végétalisme.

Est-il facile de laisser tomber la viande du jour au lendemain ?

C’est vrai que nous avons pris l’habitude de manger la viande depuis des années et cela ne va pas être facile de changer d’un coup. Mais pourquoi continuer à manger quelque chose qui rend malade alors qu’on a ce qui peut le remplacer valablement comme les champignons, le gluten, la ‘’viande’’ de soja ? Ce n’est pas la peine. C’est démontré que le réchauffement de notre planète est dû, en partie, à la grande production des animaux. Nous devons prendre conscience de cela.

Etre végétalien, cela amène à débourser un peu plus d’argent… !

A priori, quand le consommateur doit débourser 2500, 3000 F Cfa, voire plus pour avoir le kilo de champignon frais, alors qu’avec 1200 F, il a déjà le kilo de viande de poulet ou de poisson, vous voyez que le choix est vite fait. Surtout qu’il ignore les vertus nutritives et thérapeutiques du champignon! C’est comme une nourriture de luxe pour certains. Si le prix baisse, les consommateurs vont s’y intéresser davantage et ça va devenir une nourriture de base pour tous. Il importe de communiquer autour pour faire comprendre la nécessité de remplacer la viande ou le poisson par les champignons et autres dérivés végétaux comme le gluten, le soja, etc. Dans très peu de maisons, on consomme de champignon, d’où la nécessité de vulgariser sa production et sa consommation. Beaucoup ne savent pas qu’on peut cultiver le champignon.
Mais je ne pense pas qu’on dépense plus quand on est végétalien. Normalement, la viande qui nous parvient par ici devrait coûter cher mais les subventions et les produits chimiques, notamment les antibiotiques utilisés, font que ça nous revient à bon marché. Voyez : la viande importée coûte moins cher que ce que nous produisons avec notre élevage. Nous devons nous poser de questions. Ces antibiotiques qui entrent dans notre sang ne sont pas destinés aux humains, d’où les conséquences sur notre santé. Des enfants qui grossissent n’importe comment ; des gens se comportent comme des animaux, parce qu’à force de consommer les aliments carnés, ils deviennent violents. Les grands de ce monde : inventeurs, chercheurs, artistes, présentateurs, ne mangent généralement pas de la viande. Pythagore, Socrate, Platon, Diogène, Whitney Houston, Céline Dion, etc., les exemples sont nombreux. Certains sont végétariens, d’autres sont végétaliens; d’autres encore sont végans.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1050 fois