Le Réseau ouest-africain des jeunes femmes leaders (Roajelf) a organisé, samedi 10 août dernier, à Cotonou, la première édition du concours de slam et de discours poignant sur les droits des filles et des femmes en Afrique de l’Ouest. C’est l’étudiante Bah-Salifou Souratou qui est sortie gagnante de la compétition.

Souratou Bah-Salifou, étudiante en troisième année de droit, âgée de 20 ans, est la lauréate du concours de slam et de discours poignant sur les droits des filles et des femmes en Afrique de l’Ouest,après sa prestation sur l’éducation. Sur 10 candidats finalistes dont sept (07) femmes et trois (03) hommes, elle a pu tirer son épingle du jeu. Chaque candidat avait à présenter en six minutes un sujet de son choix portant sur les droits des filles et femmes en Afrique de l’Ouest. Et c’est le sujet de Souratou Bah-Salifou sur l’éducation qui a retenu l’attention.
« Je suis très contente de l’organisation et de la qualité des prestations, je remercie le Roajelf qui nous a permis de nous exprimer sur les différentes thématiques qui nous tiennent vraiment à cœur. J’aimerais également féliciter tous les participants qui nous ont permis de découvrir certains aspects du féminisme et je dédie ma victoire à toutes les jeunes filles et femmes de l’Afrique, du monde et du Bénin », a déclaré la lauréate. Selon elle, le féminisme est un terme péjoratif, et la lutte pour la promotion des droits des filles et des femmes doit être collective.
Pour sa part, Jonas Dossou Kindafodji, responsable au Roajelf-Bénin, fait une étude comparée des jeunes filles et garçons alphabétisés au Bénin, des filles et femmes  mariées de force, et celles soumises aux violences sexuelles. Au regard de ce tableau sombre sur la situation des filles et des femmes victimes, il souligne que ce réseau vient à point nommé les sortir des violences sexuelles et de leur exploitation dans les marchés du Bénin.
 A propos de la mission du réseau, Mariette Montcho, présidente du Roajelf-Bénin, indique qu’il amplifie la voix des mouvements féministes en Afrique de l’Ouest et promeut le respect des filles et des femmes, vu qu’elles font face à d’énormes défis quant à la jouissance de leurs droits en matière de santé sexuelle et reproductive mais aussi politique et économique. « Il importe d’œuvrer afin  que l’égalité des sexes soit une réalité au Bénin », conclut-elle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 609 fois