Membre des Jeunes patriotes du Bénin, Frédéric Béhanzin était face à la presse, lundi 29 juillet dernier, à Cotonou. Au cours de son intervention il a apporté des éclaircissements et autres détails édifiants sur plusieurs projets et chantiers initiés par le gouvernement du président Patrice Talon pour le bonheur des populations.

Entouré des militants et sympathisants du mouvement des Jeunes patriotes du Bénin dont il est membre, Frédéric Béhanzin a entretenu l’assistance sur plusieurs sujets d’actualité. Dialogue politique, assainissement des dépenses publiques, les forts taux de réussite aux examens de fin d’année, les remous autour de l’évaluation des enseignants, les futurs recrutements dans la fonction publique, le projet Arch ainsi que plusieurs projets de construction ont été abordés par le conférencier. L’objectif de son exercice, qui sera d’ailleurs régulier, à en croire ses propos, est d’éclairer l’opinion sur les réalisations du gouvernement du président Patrice Talon au profit des populations des villes et campagnes.
Ainsi, les propos du jeune patriote débutent par la visite du président indien au Bénin. Pour lui, cette visite est encore la preuve de la redynamisation de la diplomatie de développement que prône le chef de l’Etat. « L’objectif est clair, c’est de parvenir à tirer le maximum de profit de nos relations bilatérales… Réussir à attirer les investisseurs étrangers qui vont accompagner le processus de développement de notre pays », a souligné Frédéric Béhanzin.
Et comme l’on pouvait s’y attendre, il est revenu sur la lettre adressée au président indien par l’ex-chef d’Etat béninois, Nicéphore Soglo. Pour le conférencier, ces genres d’acte sont à déplorer surtout quand il s’agit de « grands hommes qui ont eu à gouverner le Bénin une fois, et qui au lieu d’accompagner les actions du président Talon, sont là à peindre en noir ses réalisations et à lui jeter des pierres ».
Concernant l’appel du chef de l’Etat au dialogue, Frédéric Béhanzin regrette le refus de certains partis politiques d’aller à la table de discussions. A son avis, les formations politiques concernées sont en train de commettre une erreur en boycottant le dialogue. Mais il n’est jamais trop tard de comprendre les choses, a-t-il affirmé avant d’inviter les forces politiques qui « n’ont pas la même vision que le président Talon de savoir qu’il y a un temps pour toutes choses, et que c’est maintenant qu’il faut accepter la main tendue du chef de l’Etat ». Il invite également l’opposition à tirer leçons de l’expérience des législatives pour ne pas louper le train des municipales, communales et locales l’année prochaine.
Au sujet des réformes pour l’assainissement des finances publiques, certains opérateurs économiques, par ailleurs opposants politiques, y voient un harcèlement du pouvoir Talon à leur encontre. Mais pour Frédéric Béhanzin, « il n’en est rien » ; il s’agit juste de réformes pour assainir les dépenses publiques.

Des réformes pour le bonheur des populations

Passant d’une réforme à une autre, Frédéric Béhanzin se réjouit des forts taux de réussite aux examens de fin d’année. Le jeune patriote estime que ces résultats satisfaisants ne sont pas le fait du hasard. « C’est la suite logique d’une série de réformes engagées par le gouvernement », rappelle-t-il. Et à l’en croire, ces réformes doivent être poursuivies dans le sous-secteur de l’enseignement. A ce propos, il dit ne pas comprendre la fronde de certains syndicats d’enseignants au lendemain de l’annonce d’une nouvelle évaluation des enseignants. Pis encore, certains divulguent, au sein de l’opinion publique que les enseignants de la promotion 2008 seront radiés par l’Etat. Mais il ne s’agit que de fausses informations, insiste le conférencier, qui fait savoir par la suite que le gouvernement n’a jamais opté pour la radiation des enseignants de 2008, ou encore de la radiation de ceux dont les aptitudes ne seront pas reconnues au terme de l’évaluation mais plutôt de leur réorientation, rectifie-t-il, tout en invitant les enseignants à mettre de l’eau dans leur vin et accompagner les réformes du régime actuel pour le bonheur de l’école béninoise.
A l’endroit des jeunes sans emploi, Frédéric Béhanzin leur demande de s’apprêter. Car l’Etat entend étoffer l’effectif des armées, de la police et des enseignants. D’après le jeune patriote, ce vaste recrutement dont le top sera donné dans quelques jours fait partie du volet social du programme d’action du gouvernement. Parlant toujours de social, il annonce que la phase pilote du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) a été lancé au centre de santé de Glo-djigbé.
Il s’est également prononcé sur le contenu et la portée de plusieurs travaux de construction initiés par le chef de l’Etat. Cité administrative, logements sociaux, cité ministérielle, reconstruction des forts français et portugais, érection d’un monument en hommage aux amazones, construction de nouvelles universités et écoles. Bref, rien n’a échappé à l’attention du conférencier. Et à l’en croire, désormais, les jeunes patriotes seront régulièrement présents sur la scène médiatique, pour braquer les projecteurs « sur ce que le pouvoir Talon est en train de faire pour le bonheur des populations ». Ceci, parce que la mouvance doit sortir de la communication classique pour que la lumière soit suffisamment faite sur les actions du gouvernement.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 728 fois