Fort de ses expériences dans la gestion publique et mû par ses convictions profondes, l'ancien ministre Antonin Dossou a décidé de faire prendre conscience du défi de la gouvernance. Il le fait à travers un livre intitulé "Partages : Le défi de la gouvernance publique en Afrique subsaharienne". Parue aux Éditions Clé, l'œuvre a été officiellement lancée, hier jeudi 11 juillet, en présence d'un parterre de personnalités politiques et civiles venues de la sous-région.

23 témoignages enrichissants répartis sur 255 pages et échelonnés en 12 chapitres. C’est la charpente de l'œuvre "Partages : Le défi de la gouvernance publique en Afrique subsaharienne" d’Antonin Dossou. Ce livre se présente sous la forme d'une série d'entretiens, de vibrants témoignages de personnalités de diverses nationalités. L'on retrouvera ainsi le Médiateur honoraire de l'Uemoa, Albert Tévoédjrè à la page 46, le Conseiller spécial du Gouverneur de la Bceao à la page 104 ;
le Conseiller économique du Pnud en Côte d'Ivoire à la page 125. C'est sans occulter les témoignages de Moïse
Mensah, ancien Haut commissaire des Nations Unies et ceux du ministre d'État Pascal Irénée Koupaki que l'on retrouve respectivement aux pages 230 et 232. Préfacé par le professeur Paulin Hountondji avec une postface de Francis Akindès, ce livre traduit les convictions inébranlables qui découlent de l'expérience de neuf ans que l’auteur a acquise dans la fonction publique. « Le développement de l'Afrique est possible... Le développement du Bénin est possible… Et pour y arriver, nous nous devons d'améliorer la qualité de la gouvernance, la qualité du leadership transformationnel. Nous disposons de beaucoup de ressources, de beaucoup d'outils... Nous avons besoin de plus d'hommes d'État que de politiciens... Nous devons nous engager à promouvoir le beau, le bon et le bien... », note Antonin Dossou.
Présents à la cérémonie de lancement officiel de l'œuvre, le préfacier et le postfacier n'ont pas tari d'éloges sur le contenu du livre. « Je suis heureux d'être l'un des premiers lecteurs de ce livre et je suis certain que d'autres le liront avec autant de délectation que moi », a déclaré Paulin Hountondji. L’œuvre a laissé la même impression à l’auteur de la postface. « J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. J'ai vécu le livre comme le partage de l'expérience d'une génération à laquelle j'appartiens... Bonne lecture à ceux qui vont s'engager dans la lecture de ce livre. Ils ne le regretteront pas », soutient Francis Akindès.

Gouvernance éthique et responsable

L'œuvre d’Antonin Dossou aborde à travers témoignages et réflexions, les goulots d'étranglement qui freinent la bonne gouvernance non seulement au Bénin mais plus généralement en Afrique subsaharienne. « Voici donc un livre sur la gouvernance. Les problèmes posés ne concernent pas que le Bénin. Ils concernent tous les pays du monde et plus particulièrement les pays africains... », écrit Paulin Hountondji sur la dernière de couverture. Pour l’auteur Antonin Dossou, la finalité de toute politique de développement, c'est le bien-être de la population. Mais la réalité dans la gestion publique n'est pas toujours favorable à cet idéal. C’est ce qui amène l'auteur à formuler des propositions. L’auteur de la postface, Francis Akindès reconnaît l’opportunité de l’œuvre : « Comment être efficace au service d'une administration publique empêtrée dans autant de contradictions internes sans être pris dans la tourmente politique ? Antonin semble nous dire que c'est possible ». Pour l'auteur, en effet, il faut puiser dans les valeurs. « Qu'est-ce-que la gouvernance sans les valeurs portées par ceux qui gouvernent ! », va d’ailleurs s'exclamer le professeur
Paulin Hountondji. Au ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki de renchérir : « Le Cfa éthique (Courage, Foi et Abnégation), c'est celui-là qui nous portera plus loin ». Reconnaissant en l'auteur un excellent cadre, le ministre d'État n'a pas manqué de saluer le courage, la foi et l'abnégation de celui qui fut son directeur de cabinet pendant sept ans.
Antonin Dossou est ingénieur statisticien économiste de formation. Il a passé l'essentiel de sa carrière à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) où il exerce encore en qualité de Conseiller du Directeur général de la stabilité et de l'inclusion financières. Il a été ministre chargé de l'Evaluation des politiques publiques, de la promotion de la bonne gouvernance et du dialogue social au Bénin.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 438 fois