Par Ariel GBAGUIDI & Isidore A. GOZO (Stags.)

Le Bénin est éliminé de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Egypte 2019 suite à sa défaite en quart de finale face au Sénégal, ce mercredi 10 juillet. Au stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou, où le match a été diffusé sur écran géant, c’était le calme plat au terme des 90 minutes de jeu. Mais cette ambiance froide n’est pas synonyme de déception, à en croire certains supporters.

Galvanisés par la belle victoire du onze national face au Maroc, vendredi dernier, en huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Egypte 2019, les supporters béninois ont massivement pris d’assaut l’esplanade extérieure du stade de l’Amitié
Général Mathieu Kérékou, hier ; ne voulant certainement pas se faire conter une probable victoire de leur équipe nationale. Ainsi, de jaune vêtus pour la plupart, ils ont chanté et dansé sous les rythmes d’un groupe de fanfare, et même prié avec quelques dignitaires de culte traditionnel.
Et comme l’on pouvait s’y attendre, l’ambiance n’a pas varié tout au long de la première partie du jeu. C’est surtout à cette étape que le public s’est montré généreux en applaudissant presque toutes les bonnes actions de l’équipe béninoise. Du retour des vestiaires, la même ambiance s’est poursuivie. Même le but sénégalais de la 53e min, annulé par le juge central, a été applaudi par le public. Mais le but de la 70e min, validé cette fois-ci, a fini par taire les trompettes et autres vuvuzelas qui retentissaient sur l’esplanade du stade. Si certains ont cru à une égalisation béninoise jusqu’à la fin, d’autres ont préféré quitter les lieux peu avant le coup de sifflet final de l’arbitre algérien.
Malgré cette défaite des Ecureuils, plusieurs supporters ont chanté l’Aube nouvelle. Interrogés, ils disent ne pas être déçus de l’élimination de l’équipe béninoise, puisqu’ils ne s’attendaient vraiment pas à voir les poulains de Michel Dussuyer, franchir l’étape des phases de poules.
« Nous ne nous attendions pas à atteindre ce niveau de la compétition. Donc, nous remercions Dieu et l’ensemble des joueurs qui nous ont fait rêver. La prochaine fois, nous allons parfaire notre fond de jeu afin de pouvoir aller plus loin », laisse entendre Prosper Alohou. Rufin Soglohoun dit être fier des Ecureuils qui, malgré cette défaite face aux Lions de la Téranga, ont laissé des traces indélébiles durant la compétition et marqué à jamais l’histoire du football africain. Il note que les joueurs ont montré de quoi ils sont capables, mais, c’est l’expérience qui a permis aux Sénégalais de faire la différence. « Nous avons senti quand même l’absence de Khaled Adenon mais, c’est le football. On fait avec… », ajoute Rufin Soglohoun. De son côté, David Amoussouvi est un peu attristé et ne l’a d’ailleurs pas caché. Ce fan des Ecureuils aurait voulu que l’équipe béninoise se qualifie pour les demi-finales. « Mais bon, on rend grâce à Dieu… », conclut-il. Donatien Tokou note que Stéphane Sessegnon et ses coéquipiers ont manqué de souffle et l’absence du défenseur Khaled Adenon a également pesé sur l’équipe.
Boniface Akpégnon, quant à lui, affirme ne pas être découragé car,nul ne pensait que le Bénin allait sortir de sa poule jusqu’à se qualifier pour les quarts de finale.« Je suis un peu déçu mais, je félicite les joueurs pour avoir fait de leur mieux. Je crois que ce soir, ils n’ont pas été aussi offensifs que ça. Dans deux ans, on va s’améliorer », laisse entendre Brigitte Johnson. Même son de cloche chez Gilbert Agbo qui note qu’à leur retour, ils seront accueillis en grande pompe. Il fait noter au passage que c’est « la sortie de Sessi d’Almeida qui a fait que le jeu béninois a été déstabilisé ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 853 fois