Depuis quelques années, la bonne gouvernance est une priorité pour le développement. Ainsi, l’intervention des Etats et de la Communauté internationale est passée de l’investissement de masse dans l’action publique à la rationalisation des efforts en vue d’induire des changements économiques et sociaux pérennes. Cette avancée conceptuelle a mis au-devant de la scène les pratiques évaluatives comme un maillon indispensable de la gestion publique au service du développement. Hippolyte Wolou, économiste, consultant spécialiste des questions d’évaluation des politiques publiques met l’accent sur le chemin qu’a parcouru le Bénin en matière d’évaluation des politiques publiques et sur les défis à relever.

La Nation : Quels sont les objectifs de l’évaluation  des politiques publiques ?

Hyppolite Wolou : Avant de répondre à cette question, il est important de dire un mot sur ce qu’est «  évaluer une politique publique. »  De façon simple, évaluer une politique publique, c’est porter une appréciation sur sa valeur, au regard d’un certain nombre de critères. Cette appréciation dépend du point de vue de celui qui l’observe ;d’où l’importance des regards croisés des décideurs, des opérateurs, des bénéficiaires, voire des non bénéficiaires ou des citoyens lambda. De façon classique, l’évaluation de l’action publique a trois objectifs : elle permet d’éclairer la décision, de rendre compte au citoyen de l’usage des fonds publics et d’alimenter la réflexion et le débat public. L’évaluation représente ainsi  un important outil d’amélioration de l’action publique et de redevabilité envers tous les acteurs du développement.

Depuis quand le Bénin a-t-il institutionnalisé la fonction évaluative ?

Le processus d’institutionnalisation de la fonction évaluative au Bénin a démarré en 2006 avec la généralisation de la Gestion axée sur les résultats à l’ensemble de l’administration publique. Cette réforme a  conduit à une prise de conscience collective de la nécessité d’assurer un service public plus efficace et plus efficient avec une approche politique plus rationnelle. A cet égard, l’évaluation est apparue comme une fonction importante qu’il convient d’intégrer au cycle de gestion des politiques publiques pour aider la décision et guider l’action de l’Etat.

Quelles sont les actions que le gouvernement du Bénin a menées pour donner un contenu réel à la promotion de la culture évaluative ?

Le développement de l’évaluation des politiques publiques a constitué une réforme importante et à ce titre, plusieurs actions sont menées. On
relèvera quelques-unes : l’élaboration de  la Politique nationale d’Evaluation de 2012 à 2021 ; la définition du Cadre institutionnel de l’évaluation des politiques publiques qui  constitue le creuset de collaboration entre les différentes structures et le Bureau d’Evaluation des Politiques publiques dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale d’Evaluation ; la mise en place du Conseil national de l’évaluation ; l’élaboration du guide méthodologique  national d’évaluation, l’instauration des Journées béninoises de  l’évaluation ; l’élaboration du rapport annuel sur l’évaluation des politiques publiques et enfin l’organisation de plusieurs séminaires de renforcement des capacités des principaux acteurs impliqués dans le processus de  l’évaluation des politiques nationales…
Au titre de la coopération internationale, le Bureau d’évaluation des politiques publiques s’est toujours illustré en prenant part à diverses rencontres auxquelles le Bénin a été invité. L’expérience du Bénin est reconnue comme intéressante par la communauté internationale de l’évaluation qui sollicite la participation du Bénin à diverses rencontres d’échanges et de réflexions pour faire avancer la pratique évaluative au niveau mondial.

En votre qualité de spécialiste des questions d’évaluation, quels sont les nouveaux défis à relever par l’Etat béninois pour la promotion de la culture évaluative ?

Il faut reconnaître que le Bénin a entrepris des efforts certains en matière d’institutionnalisation de la pratique et de la culture de l’évaluation. De nombreuses activités ont été mises en œuvre tant sur le plan stratégique, institutionnel qu’opérationnel. L’évaluation des politiques publiques est devenue ainsi une réalité au Bénin depuis quelques années, à l’initiative du Gouvernement. Plusieurs domaines ont fait l’objet d’évaluation. A titre d’exemples on pourra citer : l’agriculture, l’éducation, l’électrification rurale, les finances publiques, la réforme administrative, la décentralisation et la santé.
Les défis à relever dans le cadre du processus de l’évaluation des politiques publiques sont largement évoqués dans les différents rapports élaborés par le Bureau d’évaluation des politiques publiques. Nous en citerons quelques-uns : l’amélioration du système national de suivi-évaluation, la mise en œuvre du plan d’actions de l’évaluation et le renforcement de la coopération internationale. Pour notre part, les nouveaux défis doivent découler de l’évaluation d’étapes de la mise en œuvre de la politique nationale de l’évaluation. Cette évaluation nous semble nécessaire d’autant plus que le Bénin a engagé ces dernières années de profondes réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales.

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Lu 579 fois