Une association dénommée Plateforme des acteurs pour le développement des médias (Padem) a vu le jour, le samedi 6 juillet dernier, à Grand-Popo, dans le Mono. Au terme de son congrès constitutif, un bureau de plus de trente personnes a été mis sur pied avec à sa tête, Basile Tchibozo, président sortant du Conseil national du patronat de la presse et de l’audiovisuel du Bénin.

L’association Padem se veut un réservoir de ressources humaines qualifiées et disponibles pour donner des points de vue sur les grandes questions touchant à la vie des médias au Bénin. L’avènement d’une presse respectueuse des valeurs morales et éthiques ainsi que l’amélioration des conditions de travail des professionnels des médias sont également les chantiers qui intéressent ce creuset.
Il a été porté sur les fonts baptismaux, le samedi dernier, par des promoteurs d’organes de presse, des journalistes, des techniciens, bref toutes les forces ayant soutenu la candidature de Basile Tchibozo aux élections pour la sixième mandature de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication. Candidat dans la catégorie de la presse écrite, le président sortant du Conseil national du patronat de la presse et de l’audiovisuel du Bénin n’a pas pu remporter les élections, le 15 juin dernier.
Les participants au congrès constitutif de la Padem n’ont pas manqué de faire le point sur la participation au scrutin, renouveler la fidélité au projet de société défendu pendant la campagne électorale avant de procéder à l’adoption des statuts et règlement intérieur. Ils ont mis sur pied, pour finir, un bureau de plus de trente personnes dont des coordonnateurs départementaux. Président du bureau, Basile Tchibozo se dit convaincu que « sans rassemblement, sans union, on ne peut rien dans le monde des médias ». Pour lui, la mobilisation observée à Grand-Popo est une motivation supplémentaire pour ne pas baisser les bras. « Ce que j’ai compris à travers votre détermination à être à cette rencontre, c’est qu’il faut être toujours débout face aux défis qui minent notre corporation, car ces défis sont réels et évidents », relève-t-il.
La création de l’association s’entend donc pour Basile Tchibozo, comme une nouvelle ère de militantisme portée sur des valeurs telles que la volonté, le travail et la détermination. A l’en croire, la Padem sera surtout un groupe de réflexion, de pression aussi bien par rapport aux faîtières que par rapport à la Haac, l’institution de régulation des médias au Bénin. « Nous avons été aux élections, près de 175 acteurs des médias ont cru en notre projet de société. D’autres aussi ont cru en nous mais n’ont pas pu se rendre disponibles. Pour tous ceux-là, nous sommes déterminés, nous sommes obligés de continuer le combat autrement pour dire que leur vote n’a pas été inutile », explique-t-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 496 fois