La phase de poules de la 32e édition de la Can qui se joue en Egypte prend fin ce jour, mardi 2 juillet. Ce sera avec le groupe F. Extrêmement délicate sera la mission des Ecureuils du Bénin, à cette occasion. En attendant, ils gardent, comme les Lions indomptables du Cameroun, les Black Stars du Ghana et les Djurtus de la Guinée-Bissau, encore intactes leurs chances de qualification pour le prochain tour de la compétition.

Après ses deux matches nuls concédés contre le Ghana (2-2) et la Guinée-Bissau (0-0), le Bénin affronte le Cameroun, ce mardi 2 juillet à 17h à Ismaïlia. Du côté de Suez et à la même heure, c’est la Guinée-Bissau qui sera aux prises avec le Ghana. Ainsi, le groupe F aura l’occasion de dégager ses qualifiés pour les 8e de finale, après avoir fait durer le suspense.
En effet, chacune des quatre équipes du groupe peut toujours se qualifier pour les huitièmes de finale. Mais, avec leurs 4 points, ce sont les Lions indomptables du Cameroun, tenants du titre, qui ont le vent en poupe et paraissent les mieux placés. Choupo Moting et les siens, à défaut d’une victoire, pourraient aussi se contenter d’un match nul pour décrocher leur billet pour le tour suivant. Préférant finir en tête, ils se battront plutôt pour les 3 points de la victoire. La conséquence immédiate pour les poulains de Michel Dussuyer, c’est leur aventure qui, comme lors de Tunisie 2004, de Ghana 2008 et d’Angola 2010, va encore se terminer en phase de groupes. D’où le match compliqué qui les attend, déjà qu’ils ne sont plus maîtres de leur destin. Leurs chances pour une place de meilleur troisième s’étant davantage amenuisées avec cette victoire (4-1) des Léopards de la Rd Congo face aux Warriors du Zimbabwe et celle du Syli national de la Guinée (2-0) sur les Hitambas du Burundi, dimanche 30 juin dernier. Il va falloir également attendre les résultats des matches de la dernière journée au niveau du groupe E prévus pour ce soir.

Ambition ou prétention

Avec leurs 2 points pris en deux matches, et pour éviter les calculs, ils sont donc condamnés à l’emporter. Une mission qui sans être impossible, paraît quand même prétentieuse, sinon osée.
Les deux sélections ne se sont affrontées qu’à six reprises. En nombre de victoires remportées, le Cameroun compte 5 succès contre 1 seul pour le Bénin. La seule victoire (4-2) du Bénin alors Dahomey, date du 31 janvier 1964, en match amical. Elle a été acquise en déplacement à Douala. La dernière confrontation entre les deux pays, c’était dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde Allemagne 2006, zone Afrique. A Yaoundé, le dimanche 6 juin 2004, les Lions indomptables avaient pris le dessus (2-1), avec l’ouverture de la marque par Seidath Tchomogo. A Cotonou, le dimanche 5 juin 2005, Samuel Eto’o, Rigobert Song et leurs coéquipiers ont été sans pitié  (4-1). Ils n’ont pas fait de détail, laissant les Ecureuils et leurs nombreux supporters présents au stade de l’Amitié dans leur désillusion.
Au cours de la conférence de presse qu’il a donnée hier, lundi 1er juillet, à Ismaïlia stadium, Michel Dussuyer est apparu très confiant. Il a réaffirmé l’objectif des Ecureuils du Bénin de remporter leur premier match en phase finale de la Can et de franchir le premier tour. Tout en respectant l’adversaire, il informe que ses poulains ne se laisseront pas faire.
 
Ghana et Guinée-Bissau au front

Tout comme le Bénin, le Ghana (2 points) et la Guinée-Bissau (1 point) qui seront aux prises à la même heure au Suez Stadium, à Suez, peuvent également se qualifier pour le prochain tour, en cas de victoire de l’un ou l’autre. Considérés comme les favoris de cette explication, les Ghanéens amenés par André Ayew, Wakaso Mubarak, Thomas Partey chercheront à hausser leur volume de jeu. Toutefois, les Djurtus qui jouent sans complexe, peuvent créer la sensation. Leur sélectionneur, Baciro Candé, sur le banc pour sa deuxième Can consécutive, sait désormais à quoi s’en tenir pour faire déjouer les géants du continent. « Nous sommes dans un bon état d’esprit et sommes prêts pour le Ghana. Au sujet des questions financières au sein de l’équipe, ce n’est pas mon rôle d’en parler. Ce qui m’intéresse, ce sont les aspects technico-tactiques », a-t-il confié. « Nous avons du respect pour toutes les équipes et ce sera le cas face à la Guinée-Bissau après le Bénin et le Cameroun. Il s’agit de nous donner à 100%. Je ne pense pas que nous aurons beaucoup de changements pour ce match », laissera entendre son homologue ghanéen, James Appiah.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1013 fois