Fidèle à sa vocation d’entreprise citoyenne, la Société béninoise de brasseries (Sobebra) a initié une grande opération de salubrité et de reboisement, samedi 22 juin dernier, à la plage de Fidjrossè, Route des Pêches. Ceci, dans le cadre du mois de l’environnement, sous l’égide du ministre du Cadre de vie et du Développement durable et du maire de la ville de Cotonou.

Mille plants de cocotiers ont été mis en terre à la plage de Fidjrossè sur la Route des pêches dans le cadre de la commémoration du mois de l’environnement. Œuvre de la Société béninoise de brasseries (Sobebra), cette grande opération de salubrité et de reboisement qui a mobilisé des centaines de personnes a été l’occasion pour les responsables de l’entreprise de relever tout le sens de cette initiative qui n’est pas à sa première édition. Pour Rodolphe Adanzounon, directeur des Relations extérieures de la Sobebra, l’objectif visé à travers cette opération de salubrité et de reboisement est de contribuer à l’avènement  d’un cadre de vie sain pour les populations. Fort de ce que chacun, en tant que citoyen devrait s’investir dans l’assainissement de son milieu de vie, la Sobebra a voulu jouer sa partition et accompagner les actions du gouvernement dont la vision pour un développement durable est à saluer.
Le directeur des Relations extérieures de la société trouve que l’initiative s’inscrit parfaitement dans la politique Rse (entendez Responsabilité sociétale des entreprises) en son article 5. Au total, c’est plus de 68 000 plants qui auront été mis en terre par la Sobebra après les sites de Pahou et Bopa respectivement en 2017 et 2018 et les 25 000 plants projetés pour le samedi 29 juin prochain dans la ville de Parakou.
L’opération de la plage de
Fidjrossè, pour Sébastien Yves-Ménager, directeur général de la Sobebra, tient d’un engagement à préserver l’environnement qui reste confronté à diverses vulnérabilités du fait des changements climatiques. Les dangers que courent les populations sont immenses et il convient, à son avis, d’initier des actions comme celle en cours pour arrêter le désastre. La déforestation, la pollution des océans, la forte industrialisation et autres avatars dus aux progrès technologiques exposent le monde à de graves situations, estime-t-il. Des risques qui ne garantissent pas un cadre de vie sain aux générations actuelles et futures. D’où son appel à faire marche arrière en reconsidérant toutes ces menaces et en tirant la sonnette d’alarme pour des actions et mesures fortes. Ceci y va de la survie de la planète Terre.
Il mettra un point d’honneur sur les actions déjà menées par sa société pour limiter les effets de sa production sur l’environnement. Du recyclage des bouteilles et casiers de boissons à celui des eaux usées, la société montre tout son intérêt à préserver le cadre de vie de sa clientèle. « L’industrialisation est importante mais doit être vertueuse », note le directeur général de la Sobebra pour dire combien il est nécessaire pour les industriels d’avoir un regard sur les questions liées à l’environnement. La gestion et la valorisation des déchets par cette société constituent une avancée que ne perd pas de vue le maire de la commune de Cotonou.  
Si des actions sont attendues pour garantir un environnement sain aux populations, l’opération de salubrité et de reboisement initiée par la Sobebra, selon Isidore Gnonlonfoun, reste une initiative citoyenne à mettre à l’actif d’une entreprise qui a tôt pris conscience des défis à relever dans le domaine de l’environnement.

Du matériel d’entretien remis

L’occasion de l'opération de salubrité et de reboisement a été saisie par le directeur général de la Sobebra pour remettre officiellement au ministre du Cadre de vie et du Développement durable un important lot de matériel d’entretien des plages. Ce matériel devrait revenir à la Brigade de protection du Littoral et de la lutte anti-pollution créée par le ministère pour assurer la propreté le long des plages.
Occasion également pour le ministre José Tonato de faire la genèse du projet de protection du Littoral. A l’en croire, cinq kilomètres de plages sont aujourd’hui rendus propres au regard de l’ambition que nourrit le gouvernement dans le secteur du tourisme. Loin d’avoir été une entreprise aisée, ce projet a buté contre divers obstacles dont l’incivisme des populations. Mais la détermination des volontaires recrutés à cette fin a été payante. En prévision de l’écotourisme qu’entend expérimenter le gouvernement en tablant sur la beauté des plages, le cap est maintenu. L’action de la Sobebra constitue à n’en point douter un coup de pouce à cette dynamique, selon le ministre qui relève qu’il est agréable d’aller sur une plage propre. Aussi, admet-il que la légende d’entreprise citoyenne que porte la Société béninoise de brasseries se construit durablement tout autant que l’est l’œuvre de l’environnement.
Passée la phase protocolaire de l’opération, les nombreux volontaires habillés aux couleurs de la Sobebra se sont ébranlés sur la plage pour mettre en terre les 1000 plants gracieusement mis à la disposition du ministère du Cadre de vie et du Développement durable ainsi que de la ville de Cotonou. Ceci après les instructions des agents de la direction des Eaux, Forêts et Chasse.
Passionnément, les invités à l’opération se sont acquittés de la tâche sous le regard admiratif de curieux et autres riverains de la plage.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 547 fois