Du mercredi 20 au jeudi 21 mars s’est tenue à Bohicon une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la 2e session du comité de suivi du Programme Approche communale pour le marché agricole au Bénin-phase 2 (Acma 2). A l’occasion, le Comité de suivi a pris connaissance du Plan de travail des objectifs.

Les membres du comité de suivi du Programme Approche communale pour le marché agricole au Bénin-phase 2 (Acma 2) en savent désormais un peu plus sur les résultats 2018 du Programme Acma2 et de son Plan de travail 2019 présentés par Constant Dangbégnon, le chef dudit programme.
Selon lui, le programme Approche communale pour le marché agricole au Bénin-phase 2 est un projet financé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Bénin. Il vise l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations rurales dans 28 communes des départements de l’Ouémé, du Plateau du Zou et des Collines. L’approche du programme consiste à consolider les acquis de la phase I et faciliter l’accès aux marchés locaux et internationaux pour les acteurs économiques (producteurs, transformateurs, commerçants, etc.) des Pôles d’entreprise agricole (Pea). Ceci à travers des actions ciblées sur les chaînes de valeurs des produits (accès aux intrants et innovations, accès au financement, et commercialisation et professionnalisation) et des dynamiques multi-acteurs prenant en compte des ressources et potentialités disponibles au sein des communes. Le programme est mis en œuvre par un consortium dirigé par le Centre international pour le développement des engrais (Ifdc). Ce consortium est composé de Ifdc, de Care international Bénin/Togo et de l’Institut royal des tropiques (Kit) des Pays-Bas. Le pilotage du programme incombe à deux comités. Le comité de pilotage qui est restreint aux membres du consortium et à l’Ambassade des Pays-Bas près du Bénin. Puis, le comité de suivi élargi aux principaux partenaires locaux et nationaux. Et c'est ce comité de suivi qui s’est retrouvé à Bohicon durant ces deux jours.

Après la présentation, le terrain

Après une matinée bien remplie pour le compte de cette première journée, les membres du comité de suivi sont allés dans l’après-midi de ce mercredi sur les sites du programme dans les localités de Ouinhi et de Dasso. A Ouinhi, ils ont pu visiter l’infrastructure de 133 628 668 millions F Cfa dont 5% de la part de la mairie. Elle est destinée au stockage de maïs. Elle est constituée d’un magasin de stockage de 500 tonnes, d’un hangar de vente, d’une aire de séchage, d’un bureau pour le gestionnaire et équipée d’une balance pour la pesée des sacs, d’une égreneuse, des bâches et de deux moto-tricycles.
Présentant l’expérience en cours à Ouinhi, la responsable des bénéficiaires, Rassidatou Moustafa, a indiqué que 72 acteurs dont 42 femmes et 34 jeunes prennent part à ce mécanisme pilote de warrantage. Les acteurs de ce mécanisme de warrantage proviennent de quatre coopératives qui se sont associées et c’est l’Union communale des producteurs de maïs (Ucpm) qui porte la gestion du warrantage. Ces femmes de Ouinhi ont rassuré le comité de suivi que dès les prochains mois, « l’opération du warrantage sera dénouée, ce qui fera suite à un bilan et la distribution des ristournes aux adhérents ».
La délégation a noté que cette expérience pilote de warrantage a débuté avec une quantité de maïs stockée de 74 tonnes.
A Dasso, c’est un groupement de femmes transformatrices de manioc en gari qui a reçu la délégation. Grâce au programme, ce groupement appelé "Mèdjro" s’est doté d’une infrastructure moderne de 28 millions F Cfa. Grâce à cette unité, le groupement Médjro est devenu un centre de référence à Dasso, où des formations sont données à d’autres groupements constitués en réseau. Ce centre de stockage est aussi devenu un grand centre de mobilisation de l’offre.
Le programme a appuyé le groupement Mèdjro d’une paillote pour l’épluchage du manioc, d’un bassin de lavage, d’un forage pour faire face au besoin d’eau, de trois foyers améliorés pour la torréfaction du gari et du tapioca, d’une paillasse pour la vente.
Il faut noter que le comité de suivi a fait des recommandations à l’endroit du Programme Acma 2 pour la suite de ses activités et l’atteinte des résultats.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 691 fois