Donneuses de vie, les femmes adorent la protéger. Celles de Saham assurance vie, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme ont, vendredi 8 mars dernier, collecté des dizaines de poches de sang pour matérialiser le slogan « sang donné, vie sauvée ».

Pas de gros foulards, pas de buffets géants, encore moins une fanfare ou un orchestre. Juste une salle climatisée et bien équipée, un personnel du service de transfusion sanguine et en face, des femmes travaillant à Saham assurance vie, des hommes aussi, quelques clients et usagers des lieux. C’était là, le décor de la célébration de la Journée internationale de la femme (Jif) à Saham assurance vie. La tradition dans cette entité, depuis trois ans, à l’occasion de la Jif, c’est de poser des actes qui honorent, mais surtout protègent la vie. Femmes opérant dans l’assurance vie, Exupérance Gbogblénou épouse Hounkpè et ses collègues conçoivent la Jif non pas comme une occasion de festivités, mais plutôt comme une aubaine pour chaque femme de sauver une vie. « Pour nous, cette fête est une occasion pour penser aux couches sociales défavorisées, notamment les femmes et les enfants qui perdent la vie, faute de sang », confie sereine Exupérance Gbogblénou épouse Hounkpè, présidente du comité d’organisation. « Nous sommes dans l’assurance. Nous ne pouvons que penser à comment sauver des vies », assure-t-elle. Comme un serment, ces femmes voudraient non seulement assurer leurs obligations professionnelles, mais en plus, elles ne ratent pas la moindre occasion pour poser des actes qui préservent la vie. Engagées, elles le sont à fond et cela s’est bien illustré à travers la forte mobilisation qu’elles ont sonnée autour de cette opération de collecte de poches de sang.
Leur geste louable laisse admiratifs, non seulement les donneurs, mais aussi la hiérarchie de Saham assurance vie. Ismaël Pattey, directeur général par intérim, épouse entièrement la philosophie des femmes de la compagnie à être des protectrices de la vie au travail, et partout ailleurs dans la vie active et sociale. Il note, avec satisfaction, les améliorations notées au fil des éditions dans l’organisation de cette fête. « Les besoins en sang sont importants et les femmes de Saham assurance vie ont trouvé la meilleure manière d’y contribuer en mobilisant des poches de sang »,
laisse-t-il entendre. « Tout en restant de braves travailleuses »,
elles donnent aussi un sens positif à cette fête, apprécie-t-il. Pour l’acte III de la Jif dans cette structure, les femmes peuvent se frotter les mains et se féliciter d’avoir, grâce à leur geste sauvé des dizaines de vie.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 427 fois