Une délégation gouvernementale était, samedi 23 février dernier, au chevet des populations de Karimama, victimes du naufrage d’une embarcation survenu mercredi 13 février sur le fleuve Niger. Elle est allée leur exprimer la compassion de l’Etat béninois et du gouvernement du président Patrice Talon.

Inconsolables restent les populations de Gorou-Béri, à Karimama, dans le département de l’Alibori. Elles n’oublieront pas de sitôt ce mercredi 13 février qui a vu certains de leurs proches engloutis par les eaux du fleuve Niger, alors qu’ils étaient à la quête de leur pitance. Assises sur des nattes pour écouter les membres de la délégation gouvernementale venue pour les rencontrer, samedi 23 février dernier à l’école primaire publique de leur localité, sur leurs visages se lisait la tristesse. Celle d’avoir perdu, des êtres chers, en majorité des mères de famille, qui leur ont également laissé de nombreux orphelins sous les bras. La descente effectuée par le ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Bintou Chabi Adam Taro, et son collègue des Transports, Alassane Séidou, avec à leurs côtés les députés Nassirou Bako Arifari et Issa Salifou, a dû leur permettre, pendant quelque temps, de réaliser que l’Etat béninois et le gouvernement du président Patrice Talon partagent également leurs peines. Compatissant à la douleur des familles éplorées et de tous ceux qui ont été des rescapés du drame, ils ont décidé de leur offrir une enveloppe de 5 millions de francs Cfa avec un complément de matériel en plus de ce qui a été déjà remis par l’Agence nationale pour la protection civile (Anpc). Le complément est constitué de gilets de sauvetage, de nattes, de fournitures scolaires et de produits vivriers.
Touché par ce geste posé par le gouvernement, un des parents des victimes confiera que tous savaient pourtant nager. « Je ne saurais expliquer les raisons pour lesquelles, tous n’ont pas pu s’en sortir », fera-t-il observer, en montrant du doigt l’endroit où le naufrage s’est produit sur la rive du fleuve, du côté du Niger voisin. « Une des filles disparues devait rejoindre le foyer conjugal, samedi dernier, après avoir été déjà dotée », s’empresse-t-il d’ajouter, en s’efforçant de retenir ses larmes.
En effet, à leur arrivée sur les lieux, les membres de la délégation se sont directement rendus au cimetière aménagé, pour les besoins de la cause, au bord du fleuve Niger. L’occasion leur a permis de se recueillir sur les tombes des disparus dont les corps ont été retrouvés. Ils ont également participé à une prière, avec les populations, pour que les âmes des personnes décédées reposent en paix. Sur les lieux et devant eux, un fossoyeur s’employait aussi à apprêter la tombe de la 28e personne dont la dépouille venait d’être repêchée depuis la survenue du drame.
Devant l’assistance qui les attendait, c’est avec la voix pleine d’émotions que le ministre Alassane Séidou prendra la parole, pour présenter les condoléances de l’Etat béninois et sa compassion à toutes les familles éplorées. « Le drame qui est survenu préoccupe à plus d’un titre le gouvernement. Au cours du dernier Conseil des ministres, la question a fait l’objet d’un long débat. C’est suite à cela que le chef de l’Etat nous a instruits de descendre sur le terrain pour vous exhorter à beaucoup de courage», a-t-il expliqué. Il a ensuite rappelé les décisions prises au cours du Conseil pour que des drames de ce genre ne se reproduisent plus. Entre autres décisions, il y a le renforcement des capacités et la dotation en personnel et moyens d’intervention de la police fluviale. Elle aura à veiller sur l’état des barques et au respect de la charge à bord des embarcations et à la formation des conducteurs.

Poursuivre la sensibilisation

C’est le ministre Bintou Chabi Adam Taro qui a procédé à la remise de la contribution symbolique du gouvernement. « Le Bénin est en deuil pour avoir perdu certains de ses valeureux citoyens », a-t-elle insisté. Elle a rassuré les familles éplorées qui n’ont pas encore retrouvé les corps de leurs parents, que l’Etat fera de son mieux pour la poursuite des recherches. Selon elle, la sensibilisation des populations, des conducteurs et des propriétaires des barques doit s’accentuer. « Il faut respecter les normes requises pour assurer le transport des passagers d’un bord à l’autre du fleuve. Normalement, dans chaque barque, il devrait avoir des gilets de sauvetage », a martelé le ministre Bintou Chabi Adam Taro.
Le préfet du département, Mohamadou Moussa, a loué le gouvernement pour sa marque de sollicitude. Il a promis que l’enveloppe, ainsi que le matériel remis iront à leurs bénéficiaires conformément à la liste établie. Par rapport aux mesures prises pour assurer davantage la sécurité au niveau du trafic fluvial, le préfet a également promis de les faire respecter davantage. A sa suite, le député Nassirou Bako Arifari a aussi témoigné sa reconnaissance au gouvernement. Il a également saisi l’occasion pour faire distribuer des kits constitués de couverture et de produits vivriers aux victimes.
Dans la barque, il y avait, selon les chiffres présentés, environ 109 passagers. Après le naufrage, seulement 68 ont pu être sauvés.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1207 fois