Le Programme d’appui au développement territorial (Padt) a organisé, ce lundi 28 janvier, une journée d’information sur les lignes directrices de son appui aux communes. Maires et techniciens concernés étaient à cette séance qui a eu pour cadre la préfecture de l’Atlantique à Allada.

Le programme d’appui au développement territorial (Padt) a lancé, au profit des communes, un appel à propositions dont l’objectif est de promouvoir un développement territorial durable et équilibré reposant sur la gouvernance locale concertée, inclusive et veillant à favoriser l’émergence des dynamiques territoriales innovantes. Lundi 28 janvier à la préfecture d’Allada, les maires des communes de ce département de l’Atlantique ainsi que certains de leurs cadres et techniciens ont été entretenus sur les tenants et les aboutissants du projet. Un tournant indispensable, quand on sait que l’appel à propositions lancé à leur profit vise à contribuer à l’amélioration des performances des communes et de l'intercommunalité en matière d’offres de services aux populations, ainsi qu’en matière de mobilisation et de diversification de leurs propres ressources. Les priorités établies dans ce cadre concernent la réalisation d’équipements de qualité dans leur exécution, de nature à apporter une réponse pertinente et durable aux besoins spécifiques des populations y compris les couches vulnérables, à favoriser l’inclusion sociale et l’égalité des genres, et à assumer une couverture géographique adéquate.
C’est une initiative salutaire pour le développement local, largement appréciée par le préfet Jean Claude Codjia à l’ouverture des travaux. Avec lui, les responsables du projet conviennent également que, pour les mairies, cet appel à propositions constitue une aubaine à saisir. Ainsi, il les invite à s’approprier les subventions disponibles et les subtilités de l’initiative, notamment les critères d’éligibilité des offres.
Marc Okry, le communicateur principal insistera surtout dans sa communication sur les priorités de cet appel à projets. Il s’agit notamment, a-t-il expliqué, de la réalisation d’équipements de qualité au profit des populations et des couches vulnérables, de la recherche, de l’identification précise et de la valorisation des potentiels économiques et fiscaux locaux, de la mutualisation des moyens et du partage de savoir-faire entre communes. La philosophie qui la sous-tend, c’est « l’ouverture la plus large possible de l’appel à propositions et sa généralisation à l’ensemble des communes et intercommunalités du Bénin.

Les maires apprécient…

« C’est un très grand projet qui concourt au développement territorial de notre pays, qui concerne les communes et les établissements publics à caractère intercommunal. Il faut expliquer aux maires et aux techniciens l’éligibilité et les acteurs qui peuvent être touchés. Nous avons besoin de comprendre ces critères. L’importance de ce projet n’est plus à démontrer. Pour ce qui concerne ce financement, il est bien dit que ce sont les communes qui sont éligibles et cette éligibilité tient compte de critères spécifiques. Toujours est-il que le développement par la commune se fait plus sentir». Georges Bada, maire de la commune d’Abomey-Calavi ne tarit pas d’éloges à l’endroit de l’appel à propositions du Padt. Comme lui, Célestine Adjanohoun, maire de Ouidah, est toute aussi admirative. « Cette séance nous permettra de comprendre les dispositions à prendre pour soumettre des projets éligibles dans l’intérêt de nos populations. C’est un coup de main important apporté aux communes. A Ouidah, nous avons déjà de nombreux projets comme l’accès de nos zones humides à l’énergie. Il y a également la nutrition dans nos villages, l’ouverture de notre école de métiers aux filles… que nous pensons soumettre », apprécie-t-elle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1847 fois