A chaque citoyen béninois son acte de naissance. Ce rêve cher aux autorités sera réalisé d’ici peu avec la distribution aux personnes concernées de leur pièce d’état civil. L’ultime étape de ce processus s’est concrétisé, jeudi 24 janvier dernier, à travers un atelier technique qui a mobilisé tous les acteurs.

Encore quelques semaines et tous les citoyens béninois disposeront de leurs actes de naissance. Le projet d’enregistrement dérogatoire des actes de naissance aux citoyens recensés dans le cadre du Projet d’Enregistrement à titre dérogatoire à l’état civil (Pedec) qui prend en compte les personnes ne disposant pas de cette précieuse pièce y travaille. Jeudi 24 janvier dernier, au siège de l’Agence nationale d’identification (Anip), un atelier technique a réuni tous les acteurs intervenant dans ledit projet. Il était question pour eux de discuter de la dernière étape du processus devant permettre la délivrance à plus de deux millions de Béninois leur acte de naissance. Il s’agit, a précisé Jean Aholou, président du comité technique, des Béninois recensés à l’occasion du Recensement initial administratif à vocation d'identification de la population (Ravip), mais ne disposant pas d’acte de naissance. Cyrille Gougbédji, rapporteur du comité national de suivi, indique de son côté qu’à leur endroit, le gouvernement a pris des mesures dérogatoires afin de les doter de cette pièce.
C’est une dérogation faite pour voir dans quelles mesures et suivant quel processus les doter de leur acte de naissance pour éviter des confusions par rapport à ce qui existe déjà, explique Jean Claude Ahouanvoébla de l’Agence nationale de traitement. « La base de données Ravip est disponible et nous connaissons ceux qui doivent en bénéficier. Pour la suite, les procureurs seront saisis et lesdits actes seront produits par commune. Les maires ont déposé les signatures pour que les personnes concernées bénéficient de leurs pièces », poursuit-il.
Le directeur général de l’état civil, Abdon Marius Mikpon’aï, revenant sur le travail abattu pour aboutir à cet atelier technique, explique qu’un draft a été soumis aux techniciens pour disposer d’un document qui recueille l’assentiment de tous. Pour lui, plus rien ne devrait désormais entraver la finalisation du processus, surtout qu’un spécimen a été déjà adopté.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1497 fois