Les structures qui participent à la recherche agricole au Bénin procèdent, les 27 et 28 décembre, à la validation des textes devant régir désormais le Système national de recherche agricole (Snra). L’atelier organisé à cet effet a été lancé, ce jeudi, par la secrétaire générale du ministère de l’Agriculture, Françoise Assogba Komlan.

Les statuts et règlement intérieur du Système national de recherche agricole (Snra) font l’objet d’un atelier d’actualisation ouvert ce jeudi 27 décembre au siège de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (Inrab) à Abomey-Calavi. Pendant deux jours, enseignants-chercheurs des universités, directeurs de centres et d’institutions de recherche et autres techniciens se penchent sur les projets de textes élaborés par un comité de trois personnes, suite à une réunion des structures participant à la recherche agricole et de personnes ressources tenue le 30 novembre dernier. Cet atelier avait permis de partager des informations et de recueillir des idées et des propositions pour la dynamisation du système, rappelle Adolphe Adjanohoun, directeur général de l’Inrab.
Il a souhaité, à l’entame des travaux « que cette séance ne soit pas une séance de questionnement mais plutôt d’accord » autour des propositions faites. A travers ces nouveaux textes,l’Institut entend faire du Snra un organe de coordination de la recherche agricole pour l’atteinte des objectifs du gouvernement d’augmenter le revenu et le pouvoir d’achat des populations et d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle tout en renforçant le flux des produits d’exportation. La Politique nationale de recherche agricole (Pnra) a été adoptée à cet effet par le Conseil des ministres en sa séance du 13 juin dernier.
Les nouveaux textes adoptés devraient permettre, espère Gauthier Biaou, recteur de l’Université nationale d’agriculture de Kétou, de sortir le Snra de sa léthargie et de booster la recherche agricole.
L’étape d’examen et d’adoption des textes est la troisième de l’approche méthodologique visant à rendre fonctionnel le Snra pour lui permettre de jouer son rôle de moteur dans le développement agricole. Il restera deux dernières étapes, indique Françoise Assogba Komlan, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Il s’agit de la prise des actes officiels adoptant les nouveaux textes et l’installation officielle des organes de gouvernance du Snra par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et celui en charge de l’Agriculture. Aucun effort ne sera ménagé, assure-t-elle, pour rendre le Système national de recherche agricole inclusif et dynamique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2238 fois