Une consultation divinatoire sur l’avenir du Bénin en 2019, dénommée xwé-fâ, a eu lieu le samedi 15 décembre dernier sous la direction de Baba Djissa Houétchénou, président des prêtres de fâ du pays. C’était sur l’esplanade intérieure du palais du roi de Dahè, dans le Mono, sous le parrainage du maître des lieux, sa majesté Kôkpon Houdégbé et en présence des dignitaires des religions endogènes venus de plusieurs communes.

Quelles perspectives pour le Bénin et son peuple en 2019 ? La recherche de réponses à cette question, à l’orée de la nouvelle année, a fait sortir le fâ, science divinatoire, samedi dernier, au palais royal de Dahè, dans la commune de Houéyogbé. Des noix jetées, ont résulté « losso abla », principal signe suivi de « ka trou kpin » et de « chè aklan ».Ces derniers font allusion à une allégorie de chauve-souris habituée, jadis, à certaines pratiques dont elle tirait profit avec ses compagnons jusqu’au jour où apparurent, dans sa bouche, des dents dont elle se sert désormais pour imposer un nouvel ordre d’austérité, selon des prêtres de fâ présents à la séance de consultation. A les en croire, ce changement de cap étant difficile à vivre, il attire les inimitiés de presque tout le monde. Le mammifère de l’ordre des chiroptères est détesté et renié de toutes les espèces du règne animal y compris la sienne d’origine, souligne notamment Baba Djissa Houétchénou qui soupçonne, en préparation dans l’entourage de la chauve-souris, des scènes de traitrise, d’infidélité et la guerre de leadership.
Evitant de faire de fixation dans le contexte béninois, les initiés estiment qu’il revient à chaque citoyen, quel que soit son niveau de responsabilité dans la société, de se situer par rapport aux personnages. L’intérêt, renseignent-ils, est pour chacun de prendre ses propres dispositions pour parer au plus pressé et jouir du côté faste de l’année. Ils recommandent de faire des offrandes aux jumeaux et aux dieux sakpata, dan, tohossou et hêbiosso…
Aussi, prescrivent-ils de recourir de moins en moins à la couleur rouge, de diminuer la consommation de papaye, d’éviter la propension à la prostitution, à l’avortement et de prendre soin des enfants. Sur les lieux, les premiers rituels ont été accomplis dans une ambiance festive rythmée par des tam-tams sacrés.
Si les recommandations restantes ne sont pas jetées aux oubliettes, annonce Baba
Djissa Houétchénou, le peuple sera soulagé, notamment à partir de la période post législatives de 2019. Une année annoncée pour être globalement favorable au Bénin et à son peuple. L’un des initiés présents, Dah Sodjo, appuie que les signes sont bons et annoncent beaucoup de bonheur autant qu’ils demandent beaucoup d’efforts. « La consultation divinatoire confirme que nous sommes dans une situation critique mais celle-ci ne va plus perdurer. Elle tend vers sa fin », décrypte-t-il. Abondant dans le même sens, sa majesté Kôkpon Houdégbé, roi de Dahè, confirme les bons augures. « Les difficultés du peuple vont bientôt s’estomper », s’est-il réjoui.
Sur le choix de Dahè, sa majesté Kokpon Houdegbé retient qu’il n’est pas fait ex nihilo. « C’est une révélation », soutient-il en rappelant que la consultation effectuée l’année dernière à Abomey avait déjà désigné Dahè. « Les rituels qui devraient s’y dérouler n’étant pas encore une réalité, ils viennent d’être, à nouveau, exigés par les mânes des ancêtres », renchérit le Kôkpon Houdégbé qui n’a pas manqué de rappeler l’histoire du départ de ses aïeuls d’Allada qui sont venus fonder Dahè avant de reprendre la route pour la création de bien d’autres royaumes du Bénin.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3617 fois