A l’occasion de la Semaine du numérique, des femmes ont été invitées à partager leurs expériences avec le public et motiver d'autres femmes à s'engager comme elles dans le domaine.

Le public a eu droit à une conférence-débat sur le thème, ''femmes, éducation et leadership dans le numérique''. Un thème qui a permis à l’assistance de comprendre la quintessence du leadership féminin et le renforcement de l'autonomisation de la femme, ainsi que les sources de motivation pour réduire le gap numérique lié au genre. Rachael Orumor fera part de son expérience et fait savoir qu'en tant que femme exerçant dans le domaine de maintenance informatique, il lui a été difficile de tirer son épingle du jeu dans un domaine où on trouve rarement les femmes. 

« C'est déjà difficile de trouver le moindre stage après les études universitaires», indique-t-elle tout en invitant les femmes à ne pas se faire reléguer au second rang par leurs propres comportements, même si c’est parfois difficile d’avancer. Élodie Akotosodé va abonder dans le même sens en racontant son parcours universitaire émouvant pour démontrer aux femmes que ce n'est qu’au bout du courage, de la passion et de l'engagement, qu'elles peuvent réussir leur vie professionnelle dans ce secteur où les femmes se comptent du bout des doigts. Anne Floquet, conseiller technique du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, va poser le diagnostic de l'absence des femmes dans ce domaine prometteur en perpétuel mouvement. Elle évoque donc les difficultés pour celles-ci d'embrasser les filières scientifiques déjà au collège en raison du mythe d'infériorité que certains brandissent et les facteurs sociologiques qui inhibent très tôt en elles, les ambitions à émerger dans les domaines qui font appel aux sciences. Pour changer la donne, Anne Floquet va proposer que les femmmes soient en contact permanent avec des personnes qui incarnent des ambitions pareilles au lieu de s'engouffrer dans des cercles où les acteurs vont plutôt les décourager. D'ailleurs, certaines femmes exerçant dans le domaine ont mis en place des plateformes, pour aider les jeunes filles à s’épanouir dans le numérique. C'est le cas de Hadjara Idris qui a décrit un peu sa plateforme qui permet d'initier les jeunes femmes entrepreneurs au numérique. Munel Alapini, femme exerçant dans la communication, va conseiller aux jeunes femmes ambitieuses d’embrasser le secteur, de se fixer des objectifs et se faire former en fonction de ceux-ci. Elle poursuit en demandant aux hommes d'accompagner les femmes dans leurs pensée et vision qui ne sont pas les plus mauvaises comme beaucoup le font croire.
« Que le mythe selon lequel la femme est faite pour le foyer soit sauté pour laisser place à son plein épanouissement », va-t-elle conclure.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2503 fois