Les parties prenantes du projet Mia-Bénin ont été sensibilisées, ce jeudi 18 octobre, au cours d’un atelier à Cotonou sur le rapport initial d’évaluation du Bénin sur le mercure. Ce projet est en lien avec la Convention de Minamata sur le mercure, adoptée le 10 octobre 2013, lors de la conférence diplomatique de Kumamoto au Japon.

Le rapport initial d’évaluation du Bénin sur le mercure a fait objet d’échanges entre les parties prenantes du projet Mia-Bénin à Cotonou. Ce projet en lien avec la convention de Minamata sur le mercure vise à protéger la santé humaine et l’environnement contre les émissions et rejets anthropiques de mercure et de composés du mercure. Considéré comme un traité mondial juridiquement contraignant, elle a été adoptée le 10 octobre 2013, lors de la conférence diplomatique de Kumamoto, au Japon. La coordonatrice du projet et point focal de la Convention de Minamata a fait le point de la procédure d’élaboration du rapport initial du Bénin sur le mercure. Sandra Gonou informe que le Bénin a signé la convention de Minamata sur le mercure le 13 octobre 2013 et l’a ratifié en novembre 2016. Et elle est officiellement entrée en vigueur en août 2017. « C’est suite à un appel international sur la dangerosité du mercure que cette convention a été ouverte à signature », renseigne-t-elle. Le Bénin ayant fait partie des premiers signataires de cette convention, a pu bénéficier d’un financement du Fonds mondial pour l’Environnement en vue de réaliser un inventaire initial du mercure au Bénin. Il a été question de faire un inventaire des différentes sources émettrices de mercure au Bénin, d’établir le profil national du mercure, définir les priorités du Bénin en matière de gestion du mercure, élaborer les plans d’action par rapport à la gestion du mercure. Ainsi élaboré, ce rapport sera d’un intérêt pour toutes les parties prenantes. Le directeur général de l’Environnement et du Climat, Martin Aïna Pépin, note avec intérêt que les participants aient compris l’enjeu de la dangerosité du mercure qui réside dans ses caractères. Les cadres ont travaillé sur instruction du ministre du Cadre de Vie et du Développement durable. Il a informé que le Bénin a déposé un projet de mise en œuvre intitulé ‘’L’amélioration du cadre de gestion des produits et déchets contenant du mercure en République du Bénin’’. Lequel projet a été accepté parmi les cinq retenus. A en croire le directeur général de l’Environnement et du Climat, il s’agit d’un exploit pour le Bénin; d'où cette récompense au niveau international.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2210 fois