Le cas des personnes en âge de voter et n’ayant pas pu se faire enregistrer, pour une raison ou une autre, lors de la réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi), inquiète des autorités locales de Porto-Novo. Elles souhaitent un repêchage spécial de ces derniers en vue de leur permettre de disposer de leur carte électorale et de participer aux législatives de 2019.

L’opération de consultation des listes du fichier électoral provisoire dans les centres et postes de vote se poursuit à Porto-Novo et dans les huit autres communes du département de l’Ouémé. Celle-ci, faut-il le rappeler, s’inscrit dans le cadre du processus d’actualisation et de mise à jour de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Seulement, la situation des omis de la Lépi 2011, citoyens laissés en rade pour une raison ou une autre, suscite des inquiétudes sur le terrain à Porto-Novo au regard du nombre important des requérants qui assaillent les chefs de quartier pour ce problème. Le chef du quartier de Foun-Foun Tokpa à Porto-Novo se dit très préoccupé par cette situation. Alphonse Couton-Edibo invite le Cos-Lépi à trouver une solution à ce problème qui risque d’empêcher des milliers de ses populations en âge de voter de participer aux élections législatives de 2019. Il plaide pour l’ouverture d’un enrôlement spécial au profit de ces omis pour leur permettre d’avoir la carte électorale et d’accomplir leur devoir civique à partir des prochaines élections législatives.Bien conscient de la situation, le coordonnateur départemental de Cos-Lépi au niveau de l’Ouémé indique que la satisfaction de cette doléance ne relève pas de sa compétence. Il va en rendre compte à sa hiérarchie au Cos-Lépi. Autrement, ces personnes omises sont-elles obligées d’attendre jusqu’à la réalisation d’une nouvelle Lépi en 2021 pour voir leur situation réglée ? Pendant ce temps, le processus de consultation des listes affichées évolue bon an mal an sur le terrain. A quelques jours de la fin de l’opération, force est de noter que l’heure n’est pas encore à la grande mobilisation des populations autour de ces listes qui moisissent dans l’indifférence presque totale. Les populations ne se bousculent pas du tout dans les centres et lieux d’affichage pour vérifier si leurs noms sont bien écrits, formuler des requêtes pour demander par exemple leur transfert d’un centre de vote vers un autre ou dénoncer d’éventuels fraudeurs qui se sont infiltrés dans le fichier électoral provisoire.

8588 requêtes dans l’Ouémé

Cette faible mobilisation a été reconnue par le coordonnateur départemental du Conseil d’orientation et de supervision de la Lépi au niveau de l’Ouémé, Roger Allagbé. Selon lui, à la date du dimanche 14 octobre dernier, 8 588 requêtes ont été enregistrées dans tout le département de l’Ouémé par ses éléments. Les requêtes concernent ceux dont les noms ont été mal écrits, ceux qui souhaitent être transférés d’un centre de vote à un autre, les demandes de radiation pour cause de décès par exemple et le cas des omis qui n’avaient pas été enregistrés lors de la réalisation de la Lépi en 2011. Euloge Akpata, surveillant général du Collège d’enseignement général de Djassin à Porto-Novo, était aussi venu consulter les listes ce mercredi 17 octobre au centre de vote de l’Ecole primaire publique de Foun-Foun. Il dit s’être déplacé pour vérifier que les noms de certains parents habitués à voter dans ledit centre y figurent toujours sur les listes. Ces derniers entendent faire en réalité leur transfert de ce centre de vote vers Sakété où ils habitent actuellement. Au centre d’affichage de l’Ecole primaire publique de Ouinlinda à Porto-Novo toujours, certains élèves venus pour les travaux dirigés ont saisi l’occasion pour consulter les noms de leurs parents sur les listes affichées au mur et dont certaines étaient déchirées par endroits. Ils disent être envoyés par leurs géniteurs qui veulent s’assurer de leur présence dans la base de données du Cos-Lépi. Ils sont repartis contents d’avoir vu les noms de leurs parents qui peuvent s’assurer de participer aux élections législatives de 2019.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1228 fois