La ville de Natitingou abrite, du 11 au 13 octobre, le marché régional pour l’attractivité et la compétitivité des territoires de l’Atacora-Donga. Initié par la Délégation à l’aménagement du territoire (Dat), il a été lancé par Modeste Kérékou, ministre en charge des Pme, en présence de Salomon Okiri, directeur général de la Dat représentant le ministre du Cadre de vie.

Le marché régional des territoires de l’Atacora-Donga est conçu par la Délégation à l’aménagement du territoire pour promouvoir l’attractivité et la compétitivité de la région du pôle Nord-Ouest, en partenariat avec l’Association des communes de l’Atacora-Donga.
Le marché en construction est la rencontre d’acteurs territoriaux et d’investisseurs privés (locaux, nationaux ou internationaux) autour des projets de développement touristique, agro-industriel, d’exploitation minière ou de promotion de chaînes de valeur locale en agriculture, en tourisme, etc.
Salomon Okiri, directeur général de la Dat, portant la voix du ministre du Cadre de vie, pense que l’heure a sonné pour les acteurs de se focaliser sur les nombreux atouts et richesses de ce territoire et de mobiliser les partenaires en vue de leur valorisation. « Il s’agit d’un territoire digne d’intérêt avec trois principales vocations : le tourisme autour de Natitingou-Tanguiéta, l’agriculture autour des 2KP et le commerce autour de Djougou », rassure-t-il.
Le contenu du forum, la période de sa tenue et la qualité des participants réjouissent les autorités locales, a relevé Abdoulaye Affo, secrétaire général du département de l’Atacora représentant les deux préfets.
Le marché régional constitue un mécanisme de participation du secteur privé à la mobilisation des ressources nécessaires au financement des plans de développement de 3e génération en déroulement. Ensuite, pour les quatre années restantes, ledit marché permettra aux communes d’établir des partenariats avec le privé dont l’importance n’est plus à démontrer dans l’émergence des communes fortes et prospères, en vue de faire face aux besoins des populations. Enfin, la joie du secrétaire général se traduit par la qualité des participants engagés pour répondre à ces exigences. « Nos deux départements s’engagent à s’approprier les résolutions issues des échanges et à accompagner les communes pour leur mise en œuvre effective », a fait savoir Abdoulaye Affo.
C’est avec autant d’engagement que Jean-Baptiste Satchivi, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, relève que le magnifique paysage de l’Atacora-Donga et la marque identitaire qui la distingue en font l’une des destinations touristiques et culturelles les plus prisées du pays et même de la sous-région. Le classement du parc Pendjari au rang des grandes réserves naturelles de l’Afrique de l’Ouest en est un témoignage éloquent parmi tant d’autres.

La réserve minière d’or de Perma

Jean-Baptiste Satchivi n’a pas occulté le dynamisme impressionnant des activités agricoles et commerciales et la plus-value qu’induit la réserve minière d’or de Perma, sans oublier l’ouverture des départements sur la sous-région, lui conférant un statut de couloir naturel de transit sur le corridor vers les pays de l’hinterland. Des valeurs qui méritent, selon le président de la Cccib, d’être exploitées convenablement afin de créer au sein de la région, une dynamique commerciale porteuse de richesses et d’emplois.
Natif de la région et conscient de cette dynamique, Modeste Kérékou, ministre des Petites et moyennes entreprises et des Petites et moyennes industries, déclare qu’il est bien possible, sur la base des potentialités décrites, de provoquer un développement harmonieux de la région. Seules les entreprises étant créatrices de richesses et d’emplois, le Bénin, expose-t-il, a besoin de créer des richesses et des emplois pérennes. Il faut au pays un nouveau type d’entrepreneurs imbus des exigences d’aujourd’hui. Raison pour laquelle il exhorte les jeunes à explorer la voie de l’auto-emploi pour eux-mêmes et au profit d’autres.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1289 fois