Dire que la présence des dames est faible dans les institutions et milieux scientifiques n’est qu’un secret de polichinelle qui appelle tous à des actions de promotion. Le Bénin qui n'est pas en reste a organisé, du 10 au 14 septembre à Lokossa, un camp d’excellence en sciences, mathématiques et technologie à l’intention de dix-huit élèves filles, les plus brillantes de la promotion 1ère des séries D et C.

Lycée de jeune fille de Lokossa, courant 16 heures ce jeudi 13 septembre dernier, quelques collégiennes suivent un cours de mathématiques dans une salle de classe du foyer. Cahiers au point en face d’un tableau rempli de formules, le groupe constitué de dix-huit filles était entretenu par le conseiller pédagogique, Cyprien Kounouho.
« Cette situation de classe vise à renforcer la compétence des filles venues des douze départements dans le cadre du camp d’excellence », confirme Hubert Cakpo Yèhou, chef du service de Formation et scolarité à la direction générale de l’Enseignement secondaire général. Outre les mathématiques, les jeunes filles ont également eu droit aux cours de renforcement en Sciences de la vie et de la terre (Svt), en Physique chimie et technologie (Pct), à en croire Hubert Cakpo Yèhou. Comme c’est le cas, depuis lundi 10 septembre 2018, les notions développées à travers les différentes disciplines, précise-t-il, sont du niveau de Terminale, classe à laquelle sont admises les pensionnaires dès la prochaine rentrée scolaire. Les dix-huit élèves filles sont les plus brillantes de la promotion première des séries D et C sélectionnées sur la base de leurs résultats de l’année scolaire 2017-2018. A priori, le camp peut paraître une mise en condition dans la perspective de la prochaine rentrée, mais en sus, le gouvernement vise plus loin avec pour finalité l’incitation des lauréates aux carrières scientifiques. Dans les prochains jours, l’Exécutif engage les plus aptes, parmi ces filles qui ont réussi à dompter les bêtes noires des programmes scolaires, sur des scènes de challenges internationaux. Les couleurs nationales étant sacrées, leur défense ne doit échoir au premier venu et le ministère en charge de l’Enseignement secondaire l’a compris.
« Ce camp d’internement national va contribuer à renforcer les capacités des jeunes filles du Bénin dans les matières scientifiques et à mieux les aguerrir pour les rencontres régionales et internationales face à d’autres jeunes filles d’Afrique et du monde », révèle Mariam Chabi-Talata Zime Yerima, directrice de l’Enseignement secondaire général. En ligne de mire, le camp d'excellence à l’échelle des huit pays de l’Uemoa est une compétition scientifique entre jeunes filles des classes de première des lycées et collèges, qu’organise la Fondation Pathfinder. Consacrée à l’éducation et au développement, la fondation Pathfinder de l’astrophysicien malien Cheick Modibo Diarra récompense les lauréates avec des bourses de formations spécialisées dans de prestigieuses universités.
Pour procéder à la détection impartiale de la bonne graine à la rencontre de Lokossa, l’encadrement du camp d’excellence ne se contente pas de dispenser des enseignements, les bénéficiaires sont aussi évaluées dans toutes les disciplines. La proclamation des résultats a mis fin, dans la soirée du vendredi 14 septembre, au camp d’excellence. Les trois premières de cette promotion de l’édition 2018 sont respectivement, Laurette Biaou, Claudia Hountongbé et Adonis Vahimè. Retenues suivant leur moyenne générale comprise entre 18,5 et 19, elles auront la charge de représenter le Bénin au camp de l'Uemoa et aux autres rencontres internationales de leur catégorie.
Le camp a servi, par ailleurs, de cadre d’immersion culturelle aux dix-huit élèves filles. Introduit à dessein, le volet culturel a pour objectif de les préparer déjà à vanter la richesse du Bénin sur le plan culturel, lors des rencontres internationales, à travers le port de ses tenues vestimentaires traditionnelles, ses danses folkloriques et autres.
Exprimant leur gratitude au gouvernement et aux encadreurs, Laurelle Gbantèhou, porte-parole des lauréates, a témoigné que des efforts ont été fournis pour rendre leur « séjour agréable et très instructif ». « Ce camp d'excellence visant à améliorer notre niveau intellectuel et psychologique constitue un atout de taille pour l'émancipation de la gent féminine et la promotion de la science », souligne Laurelle Gbantèhou. A ses dires, sa promotion s'engage à faire la publicité de cette initiative dans leurs milieux de vie. « Nous nous portons d'ores et déjà garantes pour être des ambassadrices de ce camp d’excellence », gage la porte-parole.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1397 fois