Le gouvernement s’est penché, ce mercredi 11 avril, en Conseil des ministres, sur la situation des agents publics débiteurs du Fonds national de promotion de l’entreprise et de l’emploi des jeunes (Fnpeej) à la date du 31 janvier dernier. Il en ressort qu’une partie des fonds en question a été recouvrée. Toutefois, des instructions ont été données pour agir contre ceux qui doivent encore au Fonds.

« Le Conseil des ministres du 13 octobre 2017 avait sommé les agents de l’Etat débiteurs du Fnpeej de payer leurs dettes au plus tard le 31 janvier 2018. A cette échéance, cinq agents se sont entièrement exécutés, six ont remboursé partiellement tandis que deux n’ont rien payé », a révélé, ce mercredi 11 avril au cours de son traditionnel point de presse, le ministre en charge de la Justice, Joseph Djogbénou. Selon ses explications, l’opération a permis de recouvrer à la date du 31 janvier dernier, 77 584 832 F Cfa sur 133 588 947 F Cfa. Il reste donc une bonne part à recouvrer et le Conseil des ministres a « ordonné la poursuite du recouvrement des sommes restant dues sans préjudice des poursuites judiciaires ».
Par ailleurs, a précisé le ministre, le déclenchement de l’opération a amené cinq nouveaux débiteurs, agents de l'État, à se manifester spontanément. Ces derniers ont même sollicité des moratoires pour le remboursement des prêts. Mais les investigations ont permis d’identifier treize autres nouveaux débiteurs jusque-là inconnus. La liste va-t-elle encore se rallonger ? Rien n’est moins sûr. On pourrait donc voir à travers ces paiements spontanés, l’effet de la lutte contre l’impunité devenue le cheval de bataille du gouvernement et saluer au besoin l’attitude des agents publics débiteurs du Fnpeej qui n’ont pas attendu d’être traqués avant de reverser dans les caisses publiques ces fonds auxquels ils n’auraient jamais dû toucher?
J. F. M.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1217 fois