Les acteurs de la filière du riz au Bénin se sont retrouvés, ce mardi 13 mars à Bohicon, dans le cadre d’un atelier de partage et de dissémination du plan stratégique 2018-2022 du Conseil de concertation des riziculteurs du Bénin (Ccr-B).

Le Conseil de concertation des riziculteurs du Bénin (Ccr-B), faîtière nationale des organisations de producteurs de riz du Bénin, qui regroupe six unions régionales rizicoles avant le processus de départementalisation en cours, dispose désormais d’un nouveau plan stratégique pour la période de 2018 à 2022. Ce nouveau plan a été présenté aux acteurs du secteur hier dans un cadre d’échanges. Cette rencontre vise à favoriser, d’une part, l’internalisation du nouveau plan stratégique 2018-2022 par les différents partenaires techniques et financiers (Ptf) qui interviennent dans la riziculture et la définition avec ces derniers d’un mécanisme devant régir la synergie de leurs interventions avec le Ccr-B, l’alignement et l’appui pour la mise en œuvre optimale de ce plan quinquennal de développement de l’autre.

Les échanges ont porté sur les résultats, orientations stratégiques et axes d’intervention du Ccr-B au cours des cinq prochaines années. Ils ont permis de recueillir les avis sur les possibilités et mécanisme de collaboration avec le Ccr-B dans leurs interventions dans le but de pouvoir mettre en place un cadre de concertation multi-acteurs en vue d’une meilleure capitalisation des interventions au niveau de la filière riz au Bénin.
En effet, à la fin de son plan stratégique 2014-2017, le Ccr-B a bénéficié d’un appui du Programme d’appui à l’entreprenariat féminin au sein de la filière riz (Paeffr) financé par les Affaires mondiales Canada (Amc) et le Centre d’étude et de coopération Internationale (Ceci) pour l’élaboration de son nouveau plan de développement quinquennal 2018-2022. Ce processus qui a démarré en décembre 2017 a pris fin le 3 février dernier, et a abouti à la définition d’une nouvelle vision pour le Ccr-B qui est de « devenir d’ici 2022, une organisation dynamique, performante, crédible, bien gouvernée et capable de répondre aux besoins du marché national en paddy pour l’épanouissement de ses membres». Pour y parvenir, le Ccr-B envisage, à travers sa nouvelle mission, de « Contribuer à améliorer les conditions socio-économiques des rizicultrices et riziculteurs du Bénin et leur insertion dans le processus de développement durable par la représentation, la défense des intérêts et la professionnalisation». Les différents intervenants, au cours de la rencontre d’hier, ont salué cette dynamique en marche au niveau de la structure faîtière. Tour à tour, Mathieu Iwikotan, du Ccr-B, Richard Désautels, coordonnateur du Paeffr-Ceci et Dossa Aguèmon, directeur de la Programmation et de la Prospective au ministère de l’Agriculture, ont rappelé l’importance de ce plan stratégique pour l’essor de la filière riz au Bénin.
Au cours de sa présentation, Joseph Koutchika, coordonnateur du Ccr-B, devait dévoiler ce nouveau plan stratégique 2018-2022 qui s’articule autour de cinq orientations stratégiques avec à la clé, plusieurs enjeux et défis que le Ccr-B ne pourrait relever sans une complicité positive et une synergie d’actions avec l’ensemble des acteurs de la filière riz dont les partenaires techniques et financiers notamment. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1872 fois