La tentative d’arrestation d’un braconnier dans l’arrondissement de Goumori, à Banikoara, a tourné au drame, vendredi 9 mars dernier. Comme bilan, on déplore deux morts.

Un forestier tué et un braconnier abattu, tel est le triste bilan du drame survenu, vendredi 9 mars dernier à Goumori, dans la commune de Banikoara. Tout serait parti de la volonté du braconnier et de ses collègues de ne pas obtempérer aux interpellations des agents du Centre national de gestion des réserves de faune (Cenagref), les militaires et les éco-gardes qui assurent la protection du Parc W. S’ensuivra le pire, après les échanges de tirs qui ont eu lieu à son domicile.

En effet, les éléments de la brigade forestière de Kérémou ont surpris, mercredi 7 mars dernier, un groupe de braconniers ayant abattu un buffle dans la zone de chasse du Parc W. Ces derniers n’ont pas obtempéré à leur interpellation. Mais les agents ont réussi à identifier l’un d’eux, en la personne de Sabi Yaba Bouraï. Aussi, se sont-ils rendus à son domicile, le lendemain. S’étant senti démasqué, il a tiré à bout portant sur l’auxiliaire villageois, Constant Fagbédji. Suivra alors un échange de tirs avec les agents. Ce qui lui a été fatal. Tout comme Constant Fagbédji, il a rendu l’âme sur le chemin, avant d’atteindre l’hôpital de Banikoara.
A l’arrivée, on déplore donc deux morts. Leurs corps ont été acheminés au commissariat central de police de Banikoara pour les formalités d’usage. Ils ont ensuite été transférés à Kandi. Cette commune étant confrontée depuis plusieurs jours à des problèmes d’énergie électrique, leurs corps ont finalement été transférés à la morgue du Chud de
Parakou, vendredi 9 mars dernier.
Avant Goumori, c’est Founougo qui avait déjà connu un drame de ce genre, il y a quelques mois.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1634 fois