Caravane, danses et la traditionnelle « chasse » aux spectateurs ont constitué les différents tableaux du spectacle des Egungun, ce jeudi 11 janvier à Tchicomey, un quartier du centre-ville de Lokossa. L’événement qui a regroupé autour du Ikogni du grand couvent, quelques dignitaires du culte, vise à clôturer en beauté les manifestations de l’édition 2018 de la fête des religions endogènes dans le chef-lieu du Mono.

Ville dominée par les ethnies Kotafon et Adja, Lokossa est aussi ouverte aux influences culturelles venues d’ailleurs. Au nombre de celles-ci, la culture yoruba prend place, à travers notamment le culte des Egunguns, communément appelés « Kouvito » ou des « Revenants ».
Le grand dignitaire Ikogni qui a sous sa tutelle plus d’une dizaine de couvents dans la commune, en a donné la preuve, ce jeudi, à travers un géant spectacle animé par un parterre d’Egunguns aux tenues d’apparat bien colorées. De « Kouvito Azonon » à celui communément appelé « Tchango » en passant par les nombreux autres, la loge des divinités était garnie à Tchicomey au grand bonheur des spectateurs qui ont effectué massivement le déplacement, pour ne pas se faire conter l’événement. Elles ont pris du plaisir à contempler les riches accoutrements et autres atouts de la prestance des Egunguns qui, tour à tour, se jetaient dans le grand cercle de danses en rivalisant de démonstrations . Après les pas rythmés aux sons des tam-tams, les masques se déchaînèrent avec des chicottes, à travers une partie de chasse à l’homme. Et ça courait dans tous les sens. Mais la foule de spectateurs se reconstituait aussitôt dès que ‘’le vodoun chasseur’’ se replie. Si ce dernier venait à rattraper un jeune, la scène faisait monter d’un cran l’ambiance au point où ses congénères le portent en triomphe. En somme, ce fut un grand moment de réjouissance qui a permis de clôturer en apothéose, hier à Lokossa, l’édition 2018 de la fête des religions endogènes.
Le spectacle a duré jusqu’à tard dans la soirée avait débuté par quelques visites préalables rendues par les Egunguns aux sommités du culte résidant dans la ville. Il a pris fin sur une note de satisfaction générale et les divinités ont repris le chemin du couvent d’où elles étaient sorties, depuis mercredi 10 janvier dernier, pour prendre part aux manifestations officielles de la fête des religions endogènes?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2303 fois