Bien qu’il soit universellement accessible et exploité par tous aujourd’hui, le numérique n'est pas sans répercussion sur les enfants. L’accent doit être mis sur leur protection pour les mettre à l'abri des dérives.

Pour la fête de Noël, la petite Merveille M., 9 ans, élève en classe de CM 1 a reçu comme cadeau, une tablette de marque Tecno. Très excitée par cette surprise du ‘’père Noël’’, elle demande à ses parents de lui installer Facebook, Whatsapp et Messenger là-dessus en plus des applications de jeux correspondant à son âge et à son niveau d’étude. Ceux-ci ne se sont pas laissés faire.
Si les parents de Merveille sont informés des conséquences de l’utilisation abusive du numérique par les enfants, d’autres par contre cèdent facilement à leurs caprices, les exposant ainsi à toutes sortes de dérives.
Dans la vie des enfants aujourd'hui, on retrouve les Smartphones, les tablettes, les téléphones androïdes…. Toutes sortes d’appareils numériques pour nourrir leur curiosité et combler leur soif en matière de recherches et d’apprentissage.
Sauf qu’eux tous ne les utilisent pas aux mêmes fins. Enfermés dans leur chambre et concentrés sur leurs appareils, ils n’hésitent pas à se lancer dans des découvertes nuisibles à leur éducation. Peu importe les remontrances de leurs parents, ils font la sourde oreille, tant les découvertes les emballent.
En réalité, les Smartphones favorisent une « culture de la chambre », dans laquelle l’accès à l’internet de nombreux enfants devient plus personnel et privé et moins supervisé par les parents. Beaucoup d’enfants perdent le goût de la lecture aujourd’hui.
Si l’internet procure d’énormes avantages à ses utilisateurs en général, il n’est pas sans conséquence sur l’éducation des enfants. Les nouvelles technologies accroissent leur vulnérabilité à travers leur « accès à des contenus pornographiques et violents, et des relations avec des individus malveillants qui peuvent les piéger pour les livrer à des réseaux de traite et d’exploitation d’êtres humains », souligne le représentant résident de l’Unicef au Bénin, Claudes Kamenga.  
Les jeunes de 15 à 24 ans constituent la tranche d’âge la plus connectée. A l’échelle mondiale, 71 % d’entre eux utilisent internet contre 48 % de la population totale. D’après les estimations, un internaute sur trois dans le monde est un enfant ou un adolescent de moins de 18 ans.
Selon le rapport de l’Unicef sur la situation des enfants dans le monde 2017, « un corpus croissant de données probantes indique que les enfants accèdent à internet de plus en plus tôt. Dans certains pays, les moins de 15 ans sont aussi susceptibles d’utiliser internet que les adultes de plus de 25 ans ».

Ne pas exposer les enfants

Le même rapport renseigne que « Les Tic intensifient les risques traditionnellement associés à l’enfance dont l’intimidation et favorisent de nouvelles formes de maltraitance et d’exploitation comme les contenus pédopornographiques sur ‘’commande’’ et leur diffusion en direct ». Mieux, les forums de jeux et les profils anonymes non protégés sur les réseaux sociaux permettent aux prédateurs d’entrer plus aisément en contact avec les enfants peu méfiants.
Au regard de ces effets négatifs, la responsabilité des parents et éducateurs est pleinement engagée. Il importe de prendre des précautions pour ne pas exposer les enfants aux effets pervers des Tics.
« Si nous n’intervenons pas maintenant pour tenir le rythme rapide des évolutions, les risques encourus en ligne pourraient rendre les enfants vulnérables plus susceptibles d’être exploités et exposeraient leur bien-être à des menaces plus subtiles », prévient le rapport de l’Unicef sur la situation des enfants dans le monde 2017.
Les sociétés internet et technologiques doivent prendre des mesures afin d’empêcher que leurs réseaux et leurs services ne soient utilisés par des contrevenants pour distribuer les images nuisibles à l’éducation des enfants ou commettre d’autres violations à leur encontre.
Faire profiter les enfants des possibilités offertes par l’ère numérique, oui. Mais il faut également veiller à les protéger contre les dangers d’un monde chaque jour plus connecté?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1685 fois