Les acteurs nationaux engagés dans la mise en œuvre de la Politique holistique de protection sociale ; notamment des personnes vulnérables, ont entamé, ce mardi 5 décembre, une formation à Porto-Novo. Les travaux qui durent trois jours sont organisés par le ministère du Plan et du Développement avec l’appui financier et technique du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

Renforcer la connaissance des acteurs nationaux en protection sociale sur la nouvelle vision du gouvernement en vue d’une mise en œuvre efficace et efficience de la Politique holistique de protection sociale. C’est l’ambition affichée à travers l’atelier de formation organisé à Porto-Novo depuis ce mardi 5 décembre par le ministère du Plan et du Développement avec l’appui financier et technique du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef). Il se tient pendant trois jours au profit de certains fonctionnaires de l’Etat engagés dans la protection des personnes vulnérables. Les participants proviennent de plusieurs ministères, notamment ceux de la Famille, de la Santé, de la Jeunesse, de la Justice, des Finances, des Enseignements maternel et primaire, du Travail, des Enseignements secondaire et de la Formation professionnelle ainsi que du Développement.
Pour le représentant résident adjoint de l’Unicef au Bénin, François Kampundu, la protection sociale est un instrument efficace pour renforcer la résilience des enfants, des familles et des communautés. Elle est considérée comme un puissant moyen de promotion de l’équité et de lutte contre la pauvreté, les inégalités et l’exclusion. Elle permet également le développement du capital humain en offrant aux pauvres et aux personnes vulnérables la possibilité d’améliorer leurs capacités et de rompre ainsi le cercle vicieux de la transmission de la pauvreté d’une génération à l’autre. C’est à juste titre, souligne François Kampundu, que sept des dix-sept Objectifs de développement durable (Odd) ont été consacrés à la question. Mieux, le gouvernement de Patrice Talon, comme ses prédécesseurs, a si bien compris l’enjeu et l’importance en considérant la protection sociale comme une de ses priorités. Ce qui s’est traduit par l’adoption et la mise en œuvre de la Politique holistique de protection sociale et l’inscription dans le programme d’action du gouvernement (Pag) d’un projet phare en matière de protection sociale à savoir l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch).

Maintenir le cap

Cette vision des gouvernements successifs en matière de protection sociale cadre bien avec la mission de l’Unicef qui est de promouvoir la réalisation des droits des enfants, notamment les défavorisés et les marginalisés, souligne le fonctionnaire onusien. C’est ce qui justifie, ajoute François Kampundu, l’engagement de l’organisation onusienne aux côtés du gouvernement béninois en matière de protection sociale dans le cadre du programme de coopération Bénin-Unicef 2014-2018. Le représentant résident adjoint de l’Unicef au Bénin se réjouit de la tenue de cet atelier qui permettra aux participants d’acquérir les outils nécessaires en matière de protection sociale et l’opportunité d’analyser les goulots d’étranglement et de faire des recommandations en vue d’une mise en œuvre efficace de la Politique holistique de protection sociale. Cela est d’autant plus important pour permettre aux personnes vulnérables de s’insérer dans le tissu économique en vue d’éradiquer la pauvreté, soutient Magloire Aguessy, directeur général des Politiques de développement au ministère du Plan et du Développement.
Le directeur de cabinet du ministre du Plan et du Développement, Rufino d’Almeida, salue aussi l’initiative de cet atelier. Selon lui, il est important que les acteurs nationaux de protection sociale puissent s’approprier l’ambitieux projet Arch, une combinaison des services de protection sociale qui allie assurance maladie, formation, crédit, retraite aux divers filets sociaux en faveur des populations notamment les artisans, les transporteurs, les commerçants, les artistes et les agriculteurs. Ce qui témoigne de la détermination du gouvernement à améliorer les conditions de vie de la population surtout les couches les démunies, souligne Rufino d’Almeida qui a procédé à l’ouverture des travaux de l’atelier?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1508 fois