Le président de l’Association interprofessionnelle du coton (Aic), Mathieu Adjovi, et Jacques Ayadji, directeur général des Infrastructures, ont procédé, ce mercredi 22 novembre à Djidja, au lancement des travaux de réhabilitation des routes intercommunales et des pistes rurales devant faciliter l’évacuation des productions agricoles

La forte délégation conduite par le président de l’Aic a été accueillie par le maire de Djidja, Théophile Dako visiblement heureux de voir sa commune choisie pour le lancement des travaux de réhabilitation par reprofilage de plusieurs pistes rurales. Cet aménagement routier permettra aux producteurs en général et ceux du coton en particulier de pouvoir sortir facilement leurs productions des champs.
Remises en état, les pistes rurales seront plus praticables pour soutenir le boom espéré cette année de la production cotonnière par l’Association interprofessionnelle du coton (Aic) qui table sur 500 000 tonnes, après le record de 451 000 tonnes de la dernière campagne. Pour le président de l’Aic, Mathieu Adjovi, il n’est pas question que le coton subisse des intempéries (mouille, incendie) pour une question de défection des pistes. C’est aussi la volonté du gouvernement soucieux du désenclavement des localités du pays.
Selon les explications du directeur général des Infrastructures, Jacques Ayadji, la commune de Djidja, l’autre bastion du coton qui a servi de cadre hier au lancement des travaux, bénéficie de 50 km de pistes en linéaire. Dans l’ensemble des départements du Zou et des Collines, il est prévu au total 229 km de pistes à réhabiliter. Au total, 1580 km de routes intercommunales sont concernées au plan national.
Prévus pour durer deux mois, les travaux sont confiés à neuf entreprises ayant déjà fait leurs preuves par le passé pour la qualité exigée en matière de réhabilitation des pistes rurales.
La réfection des pistes de desserte rurale, plus qu’une nécessité, est un enjeu de développement. L’une des décisions importantes du gouvernement est de mettre en œuvre le projet de réhabilitation de 4956 kilomètres de piste de desserte rurale sur le plan national. Dans le Zou, il est prévu 978 km dont 375 pour la commune de Djidja seule.

Promesse tenue

Au cours de ses descentes sur le terrain, l’Aic avait été interpellée plusieurs fois par les producteurs sur la réfection des pistes. Et les promesses faites indiquaient que les négociations avec le gouvernement favoriseront toutes les dispositions ainsi prises pour que les pistes soient réfectionnées avant le début de la campagne. Et ce sera désormais chose faite.
Le président Mathieu Adjovi n’a pas caché sa joie de voir des engins lourds en pleins travaux depuis la devanture de la mairie de Djidja pour s’étendre sur plusieurs kilomètres. Puis, du hameau d’Ablédji dans l’arrondissement de Monsourou, traversant bien d’autres hameaux, afin de permettre aux paysans de sortir facilement leurs productions vers les points d’écoulement et autres marchés. «Je suis très satisfait de ce que je viens de voir sur le terrain et souhaite que les entreprises retenues maintiennent le cap jusqu’à la fin des travaux. L'Aic est bénéficiaire de ces travaux puisque les cotonculteurs ont besoin des routes pour sortir le coton lors de sa commercialisation. Pour cela, il va falloir que le coton soit évacué à temps des champs vers les usines. D'où la nécessité et l'urgence de réfectionner les pistes qui sont dans un état de dégradation inacceptable et qui coupent les bassins cotonniers des usines », explique Mathieu Adjovi.
Le lancement des travaux de réhabilitation de ces pistes a été salué par Robert Sogni, le meilleur producteur de Djidja et président de l’Union communale des coopératives villageoises des producteurs de coton qui, au nom de ses pairs, remercie le gouvernement d'avoir tenu parole?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2012 fois