Une délégation de la direction générale de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (Agetip-Bénin), conduite par le conseiller juridique interne, a effectué du 18 au 20 octobre dernier, une mission dans les départements du Mono-Couffo, du Borgou-Alibori et du Zou. Objectif, s’enquérir de l’état d’avancement des chantiers en cours d’exécution et vérifier la qualité des travaux.

C’est par les communes d’Athiémé et d’Aplahoué (Azovè) que la délégation de la direction générale de
l’Agetip-Bénin a démarré sa tournée, en cette journée bien chargée du mercredi 18 octobre dernier. Accompagnée des représentants des entreprises et des chefs de mission de contrôle présents sur le terrain, la délégation avait pour mission, à cette étape, de parcourir les six lots respectifs du Projet de pavage de rues et d’assainissement, financé par la Banque ouest africaine de développement (Boad), et en cours d’exécution dans ces localités, de constater l’état d’avancement des travaux et de recueillir les difficultés rencontrées par les entreprises dans la mise en œuvre de leurs cahiers des charges.
A Athiémé, la délégation a fait le constat que les travaux d’ouvrage d’assainissement sont en cours sur tous les lots de mise en œuvre. Toutefois, des difficultés subsistent par endroits, révèlent les représentants des entreprises. A les en croire, les lots 1 et 3 connaissent le problème de dégagement d’emprise des voies. Selon les informations fournies à la délégation, une solution est envisagée, avec le concours des autorités municipales, pour décanter la situation. Sur le lot 4, ont-ils expliqué, l’entreprise est confrontée à un problème d’exutoire qu’elle s’attelle à régler. Sur le lot 6, compte tenu de l’emprise de la voie disponible dans la rue 7, l’entreprise n’a eu d’autre choix que de réaliser les ouvrages d’un seul côté sous chaussée.
Une séance de synthèse sanctionnée par un procès-verbal a clôturé cette visite des six lots. A cette occasion, la délégation de l’Agetip-Bénin a recommandé aux entreprises d’approvisionner suffisamment les chantiers et d’accélérer la mise en œuvre des travaux pour rester dans les délais. Le même appel a été lancé aux entreprises de préfabrication des pavés et bordures afin qu’elles fournissent sans délai les matériaux aux entreprises de mise en œuvre.

Accélérer les travaux

Après Athiémé, cap a été mis sur Azovè où le même exercice a été répété. Visite des six lots puis séance de synthèse avec les représentants des entreprises et des chefs de mission de contrôle. Ici, les travaux sont en bonne marche sur l’ensemble des lots visités et les représentants des entreprises se sont voulus rassurants. Les travaux seront achevés dans les délais contractuels, ont-ils tous promis à la délégation.
Comme à Athiémé, la séance de synthèse a été l’occasion pour la délégation d’inviter les entreprises exécutantes et celles en charge de la préfabrication à respecter leurs cahiers de charges et à honorer leurs engagements. Un accent particulier a été mis sur les entreprises en charge de la préfabrication pour leur quasi-inexistence sur le terrain. A cette allure, les chantiers risquent de se démobiliser pour non disponibilité de pavés et de bordures, craint le chef de la délégation, Bienvenu Mongadji. L’Agetip-Bénin, quant à elle, ne manquera pas de jouer sa partition, a-t-il rassuré avant d’embarquer, lui et son équipe, pour la cité des Kobourou.
Selon le programme établi, la délégation a entamé la deuxième journée de la mission à Parakou. Une journée ponctuée de séances d’échanges avec les autorités politico-administratives et de visites de chantiers. Dans un premier temps, la délégation a rencontré le maire de la ville, Charles Toko, le préfet du Borgou, Djibril Maman Cissé, et le commissaire central, Guy Hervé Tieta. Les échanges ont tourné essentiellement autour du parking pour véhicules poids lourds de l’Agetip-Bénin sis à
Kikparé, dont la reprise des activités a été récemment autorisée par le conseil communal, et de l’idée de projet d’installer un nouveau parking à l’entrée nord de Parakou.
Au cours de ces séances, les différentes autorités ont réaffirmé leur engagement et leur disponibilité à accompagner
l’Agetip-Bénin dans la réalisation de ce projet qui, à leurs yeux, contribuera au développement de la commune. C’est fort de cette conviction qu’elles ont encouragé l’Agence à accélérer les procédures dans ce sens. Elles ont aussi promis de faire tout ce qui est de leur ressort pour que le parking de Kikparé reste opérationnel.

Parachever l’installation des équipements

Dans un second temps, la délégation s’est rendue au Centre hospitalier universitaire départemental (Chud-Borgou) où des bâtiments d’extension ont été réalisés dans le cadre du Projet d’appui au développement du système de santé (Pads).
Ici, M. Mongadji et sa suite ont observé que les travaux de retouche de peinture, de nettoyage et de lavage des carreaux sont en cours sur l’ensemble des bâtiments. Néanmoins, il reste que la chambre froide de la pharmacie n’est pas encore installée et que les relevés d’étanchéité décollés ne sont pas encore remplacés. Aussi, les travaux relatifs à l’installation des fluides médicaux sont-ils aux arrêts, même si la délégation a noté la présence des équipements sur le chantier.
Au regard de ce qui précède, la délégation de l’Agetip-Bénin a recommandé à l’entreprise concernée d’accélérer les travaux et que les problèmes posés soient résolus au plus tard à la fin du mois de novembre 2017.
Dans l’après-midi de cette deuxième journée, la délégation a visité les chantiers de construction des modules de classes et de blocs de latrines en cours à Djougou et à Copargo (Tanéka- Koko). Ces infrastructures sont réalisées dans le cadre du Projet d’appui à l’enseignement secondaire au Bénin (Paesb) financé par l’Agence française de développement (Afd).
Sur le site du Ceg 3 de Djougou, la délégation a fait le constat d’un chantier non animé et non approvisionné en matériaux. Mieux, l’entreprise de mise en œuvre n’a pas apposé le panneau d’identification du chantier et ne respecte pas les mesures environnementales exigées par les bailleurs.
Face à ce tableau peu reluisant, la délégation a instamment recommandé à l’entreprise que le panneau d’identification du chantier soit posé sans délai. Elle l’a ensuite invitée à, non seulement, approvisionner le chantier aussi bien en main-d’œuvre qu’en matériaux et équipements, mais aussi et surtout, à le sécuriser et à respecter les mesures environnementales.
Les constats n’ont pas varié à Tanéka-Koko, commune de Copargo. A tout ce qui précède, se sont ajoutées la non-tenue des réunions du comité de suivi et l’inexistence d’un bureau de chantier. Comme recommandation, la délégation a invité l’entreprise à rendre opérationnel le comité de suivi pour la bonne marche du chantier, à installer le hangar de chantier, à approvisionner le chantier et à accélérer les travaux.

Redoubler d’ardeur au travail

De retour à Parakou, la délégation, aux premières heures du vendredi 20 octobre, dernier jour de la mission, a tenu une séance avec le personnel du parking gros porteurs de Kikparé. Occasion pour les agents dudit parking d’exposer un certain nombre de difficultés qui entravent la bonne exécution de leurs tâches. Lesquelles sont relatives aux conditions de travail à améliorer et à l’insuffisance de moyens en général. Un compte-rendu fidèle de la séance sera fait à qui de droit et les dispositions seront prises pour améliorer les conditions de travail, leur a assuré le chef de la délégation, tout en les invitant à redoubler d’ardeur au travail et à donner le meilleur d’eux-mêmes afin que, avec la reprise des activités du parking, les fruits tiennent la promesse des fleurs.
La ville de Bohicon fut la dernière étape de la mission. Le collecteur d’assainissement de crête était le chantier à visiter. Sur les lieux, la délégation a pu constater avec satisfaction que les travaux sont presque achevés sur tous les trois lots de mise en œuvre. Sauf que sur le lot 2, il subsiste un problème de rails à déposer avant la pose d’éléments préfabriqués. Les démarches sont en cours pour ce faire, ont informé les représentants des entreprises. Dans tous les cas, tout sera fin prêt dans trois semaines afin que l’Agetip-Bénin procède au constat d’achèvement des travaux, ont-ils promis à la délégation.
Au total, la tournée de visite des chantiers en cours dans les différents départements a le mérite de situer les responsables de l’Agetip-Bénin sur le taux d’exécution physique réel de chacune des entreprises de mise en œuvre et de s’assurer de la qualité des travaux réalisés. Aussi les constats effectués sur le terrain serviront-ils sans doute de fondement à la prise de dispositions idoines par la direction générale de l’Agence en vue de l’achèvement diligent desdits travaux.

CellCom/AGETIP-BENIN SA

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2695 fois