Au nom de « L’Union fait la Nation », le député Lazare Séhouéto a fait vendredi dernier à la tribune de l’hémicycle, une déclaration dans laquelle il appelle à l’impérieuse nécessité que s’instaure un dialogue politique au sein du Parlement. Lequel dialogue devra permettre aux députés de trouver les voies et moyens pour une sortie heureuse de l’impasse électorale que traverse le Bénin du fait de la non disponibilité de la Liste électorale permanente informatisée (LEPI) retardant par ricochet depuis 2013, l’organisation des municipales, communales, et locales.

Les travaux préparatoires du dialogue politique national organisé sous la houlette du gouvernement ayant échoué, Lazare Séhouéto et les siens fondent leur ultime espoir aujourd’hui sur l’ouverture des discussions franches entre députés à l’Assemblée nationale pour sauver les élections. Pour Lazare Sèhouéto, il n’est pas question de recourir à la LEPI 2011. «Ce recours va nous conduire inévitablement, non pas au K.O, mais à un véritable chaos. Ce que personne ne souhaite. La LEPI 2011 n’est pas une solution », martèle-t-il. C’est pourquoi, le Groupe parlementaire "L’Union fait la Nation» plaide pour qu’un «vrai» dialogue soit engagé au sein de l’Assemblée nationale pour favoriser le vote d’une loi permettant l’organisation des élections municipales, communales et locales avant les législatives. «Il y a en ce moment sur la table de la Commission des Lois, plusieurs propositions de lois qui, combinées, amendées, discutées en notre sein, nous permettraient d’obtenir une liste électorale consensuelle, de nous mettre d’accord sur un agenda électoral, et sortirait notre peuple de l’angoisse », insiste Lazare Séhouéto invitant ses collègues députés à prendre leurs responsabilités devant l’histoire.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3287 fois
Tags:
  • ,