Les ténors du Bloc républicain, avec à leur tête le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, ont fait le tour de certaines communes du Mono et du Couffo le week-end écoulé. C’est dans le cadre de la restitution aux populations des résolutions issues du congrès constitutif d’une part, et de la sensibilisation pour une adhésion massive au parti d’autre part.

Le congrès constitutif de Parakou a consacré la naissance d’un grand parti : le Bloc républicain. S’il est vrai que l’écho de ce congrès a retenti dans tout le pays, les idéaux, les ambitions et la vision du Bloc restent méconnus des populations à la base. Il était alors indispensable d’aller au contact de ces populations pour mieux leur faire connaitre le parti et les sensibiliser à une adhésion massive. C’est ce qui a motivé la tournée des membres du bureau politique du Bloc républicain dans le Mono et le Couffo. Une descente conduite par le ministre Abdoulaye Bio Tchané, entouré des députés des onzième et douzième, dix-septième et dix-huitième circonscriptions électorales, des maires des communes d’Athiémé, de Dogbo...
Dans la onzième circonscription électorale, composée des communes d’Aplahoué, Djakotomé et Klouékanmè, c’est le Centre de promotion sociale d’Aplahoué qui a abrité le meeting le samedi dernier. Sur les lieux, les députés Pascal Essou et David Gbahoungba ont expliqué aux participants, en langue locale, la portée du logo du parti, les instances du parti, son organisation, ses ambitions et sa vision.
La délégation du bureau politique du Bloc républicain s’est ensuite rendue, le même jour, à Dogbo dans la douzième circonscription électorale composée de Dogbo, Toviklin et Lalo pour le même exercice. Ont suivi, le lendemain, l’étape de Lokossa pour le compte de la dix-huitième circonscription électorale composée de Bopa, Lokossa et Houéyogbé puis l’étape de Comé qui a mobilisé la dix-septième circonscription électorale composée de Grand-Popo, Comé et Athiémé. Lors de cette deuxième journée, c’est l’honorable Rosine Dagniho et le maire d’Athiémé, Joseph Anani, qui ont porté la voix du Bloc en expliquant à leurs populations les fondamentaux du parti.
Il est à retenir que le Bloc comporte deux grandes instances. L’instance nationale est constituée du Congrès, du Conseil national, du bureau politique (59 membres) et du bureau exécutif (17 membres) puis, de l’instance locale qui est composée des bureaux de cellule (niveau quartier et village), des bureaux de la sous-section (niveau arrondissement), des bureaux de la section (niveau communal) et des bureaux de circonscription et de la fédération (niveau départemental). « On ne peut pas être membre de ces instances sans s’inscrire dans les registres du Bloc républicain qui sont déjà ouverts. On ne peut pas être membre de la fédération au niveau départemental sans être membre de la cellule au niveau quartier ou village », fait savoir le maire Joseph Anani.
Par ailleurs, le logo du Bloc républicain est fait d’un cheval blanc (signe d’opulence) sur deux pattes (en position de conquérant) dans la carte du Bénin, en couleur vert foncé, le tout dans un décor vert olive (le vert symbolisant l’espoir, le renouveau).

Le Br : parti des jeunes et des femmes

L’une des préoccupations majeures revenue à chaque étape de la tournée, c’est la place de la jeunesse dans le Bloc républicain. Même s’il est entendu que l’étalon dans le logo du Bloc symbolise la vigueur de la jeunesse, les jeunes du Mono et Couffo ont tout de même voulu en avoir des garanties. « N’est-ce pas une manière d’instrumenta-
liser la jeunesse comme cela a toujours été le cas ? », a même demandé un intervenant. Mais le président du bureau exécutif du Bloc républicain, Abdoulaye Bio Tchané, rassure : « Le Bloc républicain est le seul parti qui a prévu dans ses statuts que, pour tous les postes électifs, il faut au minimum réserver 30 ? de postes aux jeunes et nous avons aussi réservé 30 ? de postes aux femmes. Parce que nous voulons que ce parti soit le parti des jeunes, le parti des femmes. Ce sont les couches les plus nombreuses de notre population ». Il rappelle par la suite que c’est une compétition, une concurrence qui s’est ouverte avec les autres partis. Et, le souhait du Bloc républicain, « c’est d’arriver en tête », poursuit-il.

Être le plus grand parti mais rester unis

« Beaucoup étaient avec nous lors du congrès constitutif et nous avons tous vécu la ferveur qu’il y a eu à Parakou », a rappelé le président Abdoulaye Bio Tchané aux populations de la onzième circonscription électorale. Cet acte fondateur est, selon lui, une étape cruciale dans la réforme du système partisan, une réforme portée par le chef de l’État Patrice Talon. « Si vous voulez comprendre pourquoi le système ne marchait pas, revenez à notre histoire. Depuis le Renouveau démocratique, aucun de nos présidents n’est venu d’un parti politique. Tous ceux qui ont été élus viennent de la société civile... C’est pourquoi cette initiative du président, il faut la saluer et l’applaudir », ajoute le ministre d’Etat devant les populations de la dix-huitième circonscription électorale. Il assure de ce que la mise en œuvre de cette réforme permettra de donner un meilleur visage à la démocratie béninoise.
L’acte fondateur étant posé, l’adhésion massive des populations à ce parti et la préservation de l’unité nationale constituent, entre autres, les nouveaux défis. « Le Bloc républicain est né de la fusion de plus de 70 partis politiques, plus de cent mouvements politiques, avec des centaines de personnalités et plus de six mille membres fondateurs », informe le ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané. « Avec ces chiffres, nous sommes déjà l’un des plus grands partis du Bénin. Mais, notre ambition, c’est d’être le plus grand parti du Bénin », précise-t-il. « Quand il est dur d’avancer, ce sont les durs qui avancent », ajoute l’honorable Rosine Dagniho face aux populations de Lokossa. Et, pour avancer dans la solidarité, le président du bureau exécutif du Bloc républicain Abdoulaye Bio Tchané recommande à tous, l’unité nationale, en l’occurrence entre les leaders de toutes les forces politiques présentes dans le Bloc républicain. « Il faut que nous apprenions à travailler ensemble. On dit souvent «Quand vous êtes seul, vous allez plus vite ». Mais quand vous êtes ensemble vous allez plus loin. Nous voulons aller plus loin », insiste-t-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2555 fois