Des militants du mouvement Gbénondou étaient en congrès, les vendredi 11 et samedi 12 mai derniers à Comé, dans le Mono, en vue d’explorer les voies d’un meilleur soutien au régime en place. A l’issue de leurs travaux, le mouvement a été transformé en parti politique, doté d’un bureau exécutif national de dix-sept membres présidé par Euric Guidi. Le bureau et sa vision ont été présentés au public en présence du ministre en charge du Cadre de vie, José Didier Tonato.

Parti national Gbénondou est la nouvelle appellation du mouvement Gbénondou, créé en 2002 sous le leadership de feu Thomas Comlanvi Ahinnou, ancien député, et de quelques autres pionniers dans l’action politique du Mono. Ses destinées sont confiées à Euric Guidi, actuel directeur départemental en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche pour le Mono. Le bureau qu’il préside désormais a été présenté au public, samedi dernier.
La mutation décidée au congrès tenu, le 11 au 12 mai derniers, aux dires des organisateurs du congrès, est en lien avec la réforme du système partisan devant aboutir à l’émergence des grands ensembles politiques. Elle vise surtout, au-delà du changement de nom, à insuffler une nouvelle dynamique au creuset Gbénondou, entendez « l’union fait la force », a expliqué le président Euric Guidi.
En effet, les assises des cadres et autres couches socio-professionnelles ont défini pour leur parti de nouvelles stratégies et réaffirmé, entre autres, son positionnement sur l’échiquier politique. « Unanimement, nous avons décidé que le mouvement devienne Parti national Gbénondou pour mieux accompagner le gouvernement », ont mentionné les militants dans le rapport présenté ce samedi 12 mai à l’issue des travaux du congrès.
En devenant Parti national
Gbénondou, souligne son président, ce creuset entend faire montre d’un soutien politique plus renforcé aux réformes en cours et une union sacrée autour du Programme d’action du gouvernement.
A sa suite, la représentante des femmes, Doris Tossou, et plusieurs autres responsables du parti ont, eux aussi, décliné quelque peu comment ils comptent organiser la mobilisation et traduire le soutien dans la réalité. Et pour mener à bien leurs missions, le conseiller politique du parti, Expédit Houessou, a exhorté tous à la combativité tout en se montrant tolérants sur le terrain. Convaincus que les indicateurs socio-économiques augurent d’un avenir radieux pour le Bénin, les militants et sympathisants du parti ont adressé, à l’attention du chef de l’Etat et de son gouvernement, une motion les invitant à demeurer fidèles à leur modèle de gouvernance.
La naissance du nouveau parti a été saluée par le secrétaire général de la préfecture du Mono, Arnaud Agon, le deuxième adjoint au maire de Comè, Joachim Amoussou. D’autres formations politiques lui ont également apporté leur soutien, à l’instar d’Alternative citoyenne et de la coalition Bénin en route.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 805 fois