L’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Komi Koutché, s’est fait enrôler pour le Recensement Administratif à Vocation Identification de la Population (RAVIP), hier mardi 2 janvier. Occasion pour lui d’en dire un peu plus sur les avantages de cet outil de développement objet de polémiques au niveau de certaines chapelles politiques. Sur sa page facebook, il ne s’est pas privé de dénoncer le manque de consensus autour de l’opération, rejetant le tort sur le Gouvernement qui aurait tout à gagner en suscitant un dialogue inclusif. « Pour moi, les problèmes de développement doivent se distinguer des questions politiques même en régime de ruse et de rage. Le RAVIP, lorsqu’il est débarrassé de la ruse peut beaucoup apporter s’il est conduit avec vision. À titre d’exemple, en dehors de la facilitation de la vie aux populations en raison du multi usage de la carte qui en résultera, il peut être un instrument de réduction du périmètre de l’informel par l’accélération du processus de mise en place de l’identifiant fiscal unique (IFU) que le Bénin peine à concrétiser depuis plusieurs années. Par ricochet, cela contribuerait à l’accroissement des recettes internes de l’Etat. Là-dessus, je parle en connaissance de cause, pour avoir été Ministre de l'Economie et des Finances.
Il devrait être de bon sens que pour une loi votée à l’unanimité (toutes tendances confondues), la mobilisation se fasse spontanément et la sensibilisation pour le RAVIP ne devrait donc pas donner lieu à un folklore pour les spécialistes de ce genre de question », estime-t-il.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 4730 fois