Le vent de destitution des maires qui souffle sur certaines communes du Bénin a fini par contaminer Bembèrèkè. Sur les 19 conseillers que compte la commune, 14 ont signé, lundi 6 novembre dernier, une motion en vue de la destitution du maire Gounou Yarou.

Les jours de Gounou Yarou en tant que maire de la commune de Bembèrèkè sont désormais comptés, est-on tenté de dire. Des 19 membres du conseil communal qu’il préside, 14 sont décidé à le destituer de son poste.
En effet, de la simple rumeur qu’il s’agissait, il y a encore quelques semaines, la menace a donc fini par se préciser. Ainsi, dans une correspondance qu’ils lui ont adressée, lundi 6 novembre dernier, les conseillers dissidents ont invité le maire à convoquer une session extraordinaire pour un vote de défiance à son encontre. Pour justifier leur démarche, les frondeurs lui reprochent sa gestion solitaire et opaque des affaires de la commune. Ils dénoncent « un conflit d’intérêt permanent entre le maire et ses adjoints ». Tous les trois sont membres de la commission communale de passation des marchés publics.
Un autre grief qu’ils nourrissent contre le maire Gounou Yarou, est « son incapacité à imprimer une vision et une orientation à la commune, depuis l’installation du conseil en août 2015 ». En somme, ils fustigent sa gouvernance et sa gestion.
En vertu des dispositions de l’article 53 de la loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes du Bénin, ils ont donc décidé de prendre leurs responsabilités. Dans le département du Borgou, c’est la deuxième commune, en l’espace de quelques semaines, qui entreprend de destituer son maire. Avant eux, ce sont certains conseillers de la commune de Pèrèrè qui se sont engagés à retirer leur confiance au maire Mariétou Tamba. Avec ce deuxième dossier de destitution sous la main, le préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé, a de quoi être très occupé ces derniers jours. Il devra entreprendre des négociations pour apaiser éventuellement les conseillers mécontents. Si les conciliabules échouent, le vote de défiance serait inévitable.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1532 fois