VOEUX 2016
Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo

Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo

La première conférence administrative conjointe pour le compte de l’année 2017 dans le Mono et le Couffo s’est tenue ce mercredi 18 janvier à la préfecture de Lokossa. Et pour cette session, le Programme d’actions du Gouvernement (Pag) était entre autres au cœur des échanges, même si elle n’a pas comblé les attentes.

Des adeptes et dignitaires du culte vodoun du Mono et du Couffo n’étaient pas en marge de la célébration de ce 10 janvier. Pour le compte de cette édition 2017, quelques localités notamment Athiémé et Lokossa ont affiché un nouveau visage à l’occasion de la fête des religions traditionnelles.

Ce n’est plus un secret que des doutes persistent sur les recensements des populations au Bénin pour défaut de l’enregistrement correct des naissances à la base. Partageant ce diagnostic et fort de l’enjeu que représente l’acte de naissance pour un être humain, la mairie de Dogbo a décidé, depuis la 2e mandature de la décentralisation, de se distinguer dans l’enregistrement des naissances à travers une approche innovante. Aujourd’hui, elle est devenue un exemple à suivre.

Le personnel de la direction en charge du Commerce du Mono-Couffo intensifie, depuis le mois d’octobre dernier, ses opérations de contrôle dans des points de vente et notamment sur des marchés qui s’animent dans les deux départements. Lundi 26 décembre dernier était consacré, pour la deuxième fois, à la descente inopinée dans le marché de Lokossa. Une étape qui a permis de faire le point à mi-parcours de la riche moisson de produits frelatés, périmés ou avariés retirés des marchés.

La région Sud-Ouest de l’Association béninoise pour la promotion de la famille (ABPF) organise depuis hier, lundi 5 décembre, la 2e édition du volontariat à Lokossa. Prévue pour durer une semaine, cette initiative se traduit par des journées portes ouvertes au siège de l’ABPF et offre l’occasion de faire un état des lieux du volontariat dans le Mono et le Couffo.

Annoncé en Conseil des ministres du mercredi 26 octobre dernier, le découpage du territoire national en sept pôles de développement agricole se traduit désormais en actes. Et les tout premiers font état de ce que sur les douze communes des départements du Mono et du Couffo, seule la commune de Toviklin n’est pas prise en compte.

Des enseignants soutenus par des apprenants étaient dans la rue, jeudi 27 octobre dans la commune de Houéyogbé pour non seulement protester contre des brimades que certains des leurs auraient subies mais surtout réclamer le départ de deux chefs de brigades indexés dans cette affaire.

Depuis un peu plus de 3 ans, la voie inter-Etats n°4 subit dans l’agglomération de Lanta, un arrondissement de la commune de Klouékanmè dans le Couffo, une dégradation de son talus qui avance jusqu’à l’érosion de l’accotement du bitume. Et si rien n’est fait, la route pourrait s’affaisser à ce niveau d’un moment à l’autre, prenant au piège ses usagers.

Deux cas de choléra ont mis en alerte ces jours-ci le système sanitaire dans le Mono et le Couffo. Il s’agit d’une dame et d’un conducteur de taxi-moto qui seraient, selon Dr Aimé Sènamè Goundoté, directeur régional en charge de la santé, tous revenus d’un séjour à Cotonou avec les signes cliniques de l’épidémie. Et dès que les diagnostics ont été posés, indique Dr Aimé Sènamè Goundoté, la dame a été référée à l’hôpital de Comé pour le cas du Mono tandis que le conducteur de taxi-moto détecté dans le Couffo a été pris en charge à l’hôpital d’Aplahoué. A la suite des soins prodigués gracieusement à chacun des deux patients, le directeur régional de la Santé a assuré, mercredi 19 octobre dernier, qu’ils sont tous guéris et qu’ils ne constituent aucune menace pour la région.

C’est la commune de Klouékanmè qui a accueilli, mercredi 19 octobre, la 10e session de la Conférence administrative pour le compte du Mono et du Couffo. Les préfets des deux départements ont dirigé les débats qui ont pris l’allure de protestation contre certaines mesures rappelées, à la suite du point portant sur la consommation des crédits délégués.

L'ONIP

L'ONIP

La Nation Magazine