VOEUX 2016

Présidence de la République: Vœux des institutions au chef de l'Etat Patrice Talon

Écrit par 
Publié dans Actualités
lundi, 09 janvier 2017 02:33

Monsieur le président de la République,

En organisant dans la paix et dans la transparence, les élections présidentielles de mars 2016, et en réalisant à cette occasion, une alternance démocratique non contestée, notre pays, le Bénin, est resté fidèle à lui même, et aux valeurs qui l’inspirent depuis maintenant un quart de siècle. La performance mérite d’être saluée, car les indicateurs n’auguraient pas d’une issue apaisée.

Le peuple béninois, ses institutions républicaines, ses acteurs politiques à différents niveaux, chacun à sa place et dans son rôle, a joué une partition remarquable. La vôtre fut un modèle de discrétion et de courtoisie, de pugnacité, de conviction et d’efficacité, porteur d’espoir. L’attente était grande en effet, les défis importants, au niveau de la gouvernance économique et politique ; au niveau de la fracture sociale ; au niveau aussi des réformes à entreprendre, qui doivent être profondes, pour rendre aisé l’accès de tous, de la jeunesse en particulier, à un travail rémunéré, et à une meilleure qualité de vie.
Votre projet de société a été préféré à d’autres, par le peuple béninois, qui vous a crédité de la capacité d’assurer le bien-être de vos concitoyens, par la consolidation des acquis démocratiques, et l’amélioration de nos performances économiques et sociales. La déclinaison de vos actions, la rigueur et l’exemplarité que vous y mettez, ne laissent personne indifférent quant aux objectifs qu’avec ténacité, vous cherchez à atteindre. Le budget de l’Etat gestion 2017 en est une première illustration.
La présentation, le 22 décembre, de votre programme d’action en est une autre, qui confirme la détermination de votre gouvernement, à faire de ce mandat, une étape importante vers un développement structuré et durable. Nous ne pouvons que nous en réjouir, vous en féliciter et vous encourager, en vous garantissant la pleine disponibilité de chacune des Institutions de la République, à assumer sa part d’obligations, dans le respect de la Constitution.
Elles apprécient déjà, la qualité des relations entretenues avec votre Gouvernement, et espèrent au cours de cette année, les renforcer dans l’intérêt supérieur de notre nation. Monsieur le président,
Vous avez annoncé, à maintes reprises des réformes politiques et institutionnelles. Elles sont nécessaires pour autant qu’elles ne remettent pas en cause les fondations de la nation.
Chaque Institution, dans la sphère de ses prérogatives, en appréciera le contenu, lorsque, le moment venu, votre Gouvernement les lui soumettra, par la procédure appropriée. Les réformes, dans un Etat en construction, sont soumises aux tribulations contextuelles, circonstancielles, sociales et politiques.
Toute réforme conduit en effet à des changements d’habitudes, de comportements, de procédés et, souvent, de mode de vie ; elle est douloureuse à l’évidence et parfois difficile à accepter. Mais elle est nécessaire au progrès de toute communauté. Ce sera aussi le cas, pour celles que vous avez engagées, ou que vous envisagez d’engager.
Elles réussiront, avec l’adhésion du grand nombre, dès lors que la communication, l’écoute et le dialogue précèderont le choix et la rigueur. Les discussions institutionnelles ont toujours été nécessaires lorsqu’il s’agit de forger le destin d’une nation. Telle est aussi votre approche et c’est tant mieux : de la discussion jaillit la lumière, dit un vieil adage. Préoccupées qu’elles sont, comme vous, par nos difficultés économiques et sociales, par le mal-être et le mal-vivre de nos populations, par les insuffisances de notre démocratie et de notre Etat de droit, les Institutions de la République ne ménageront aucun effort, quelle que puisse être la vivacité des débats et discussions, pour que l’emportent les choix et les solutions nécessaires à l’épanouissement de nos concitoyens. Votre parcours et votre méthode, nous rassurent déjà de ce que vous avez une parfaite connaissance des conditions de succès des décisions audacieuses. Il ne nous reste alors qu’à vous souhaiter, du plus profond de nos cœurs, une grande fraîcheur intellectuelle, physique et spirituelle, une santé de fer, la paix et la concorde pour vous même et pour toute la nation, et la réussite dans toutes vos actions au service du Bénin.
Nous associons les membres de votre Gouvernement à nos vœux et avons une pensée spéciale pour Madame Claudine Talon et pour vos enfants.

Bonne et heureuse année Monsieur le président?

Réponse du chef de l'Etat Patrice Talon aux vœux des institutions

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Mesdames et messieurs les présidents des institutions de la République,

 Les échanges de vœux nous donnent souvent l’occasion de porter un regard sur le passé et d’envisager les perspectives pour l’avenir. Cette démarche, valable pour chaque famille, chaque citoyen et chaque groupe social, l’est aussi pour le pays tout entier. Le regard sur le passé récent permet d’observer en premier lieu, ainsi que vous l’avez souligné Monsieur  le président, qu’a l’occasion des dernières échéances électorales notre pays a, avec  audace et enthousiasme, choisi un chemin nouveau. Certes, parsemé d’exigence, mais porteur d’espérance. L’élection du président de la République a été le choix par la population  d’un ambitieux projet de relance économique de renforcement des institutions et la remobilisation du peuple tout entier autour des valeurs éthiques et du travail bien fait. Les institutions que vous représentez, ont assumé à l’occasion, leurs missions républicaines  et ceci avec honneur et dignité  dans un contexte économique difficile et un environnement politique préoccupant. C’est le lieu et l’occasion de vous réitérer  au nom de l’ensemble de nos concitoyens les félicitations  chaleureuses pour une tenue si remarquée de nos institutions dans ces circonstances. Ce regard sur le passé permet de souligner en un second lieu la qualité des relations institutionnelles que mon Gouvernement, je le dis avec fierté, s’est efforcé dès son installation d’entretenir avec l’ensemble des institutions de l’Etat. Relations assises sur les règles constitutionnelles et les valeurs républicaines. Dans cette dynamique, l’avenir tient désormais de la concrétisation du projet de société que j’ai proposé pendant la campagne électorale puis décliné dans le programme d’actions du Gouvernement 2016-2021. Aussi ai-je foi qu’un effort collectif soutenu servira de levier à la réalisation rapide de cet ambitieux programme. Les réformes annoncées, attendues, dont certains sont déjà engagées aboutiront grâce à la contribution de chacune des institutions de la République et je ne peux que me réjouir  de la disponibilité dont à cet égard vous honorez déjà mon Gouvernement. Vous avez raison Monsieur le président, les conditions voire les exigences d’une politique de réformes structurelles, mon Gouvernement et moi-même en mesurons l’importance. Mais j’ai confiance que l’ensemble des institutions que vous représentez jouera pleinement son rôle. Les reformes ont besoin de consensus pour produire leurs effets. Le Bénin a l’habitude de donner la preuve du consensus facile. Il nous faudra sans doute du temps, de la méthode, de la rigueur et de la persévérance, de la foi et de la patience. J’ai toujours compris que lorsqu’on emprunte le chemin du changement profond, le temps et la pédagogie deviennent des facteurs déterminants du succès. Dans ces conditions, le gouvernement ne peut qu’être garant de ce dialogue républicain apaisé ; chose dont nous sommes tous fiers déjà. Un tel dialogue, je le crois profondément, renforce d’avantage l’Etat de droit et la démocratie. Il offre d’heureuse perspective d’aboutissement aux initiatives, en faveur  du développement cohérent et durable de notre pays et des réalisations de missions que le peuple souverain confie à chacun. En vous remerciant Monsieur le président des vœux que vous venez d’adresser aux membres de mon gouvernement  et à moi-même, je voudrais  former à mon tour, à chacun de vous, aux membres de vos institutions respectives, ainsi qu’à vos familles respectives, mes vœux  de parfaite santé, de tranquillité renforcée au service du Bénin grand et digne. Je voudrais que 2017 soit notre année, soit l’année de concrétisation de notre renaissance. Ma prière, est que chacun de nous reste en pleine forme, en parfaite santé afin que l’année prochaine, nous puissions renouveler ces rituels avec plaisir. Que l’année 2017 apporte donc l’énergie nécessaire à l’accomplissement des missions éminentes  que le peuple, que la République lui confie. Mes chers amis, bonne année?

Lu 462 fois

L'ONIP

L'ONIP

La Nation Magazine