VOEUX 2016

Présidentielle du 28 février: Koffi Ajavon, un Béninois de Côte d’Ivoire partage sa lecturee de la situation

Écrit par 
Publié dans Droits et Devoirs
jeudi, 07 janvier 2016 07:40

Koffi Ajavon, au nom de «La Diaspora béninoise pour l’Emergence du Bénin à l’horizon 2030» dont il dit être le porte-parole, a animé une conférence de presse mercredi 6 janvier à Cotonou. Ce, pour partager sa lecture de la situation qui prévaut au plan politique, face à la pléthore de candidatures annoncées pour le scrutin présidentiel du 28 février prochain.

« Face à la multitude des candidats à la présidentielle de février 2016, quel choix favorable pour un retour imminent de la diaspora au Bénin pour un investissement ?». C’est le thème autour duquel l’orateur a brodé son propos. Propos qui, dit d’entrée l’orateur, vise à partager son inquiétude. Parlant au nom de «la diaspora» qu’il dit fatiguée de rester à l’extérieur alors qu’elle veut investir au pays mais que les conditions favorables ne lui sont pas créées, il invite à considérer que d’autres pays de la sous-région ont pu compter sur leur diaspora pour faire de grandes choses. Si la diaspora béninoise veut bien rentrer au pays, il lui faut être rassurée. Aussi, annonce-t-il que cette «diaspora» au nom de laquelle il parle, a choisi de faire confiance à l’homme d’affaires ayant récemment fait sa déclaration officielle de candidature. Cet homme d’affaires, dit-il, de par son parcours de «self made man et n’appartenant à aucun parti politique, peut faire l’affaire». D’ailleurs, c’est quelqu’un qui «aime son peuple et l’aide sans attendre l’Etat». Cet homme-là, estime Koffi Ajavon, est une référence pour la diaspora pour son humanisme.

Et pour aider à ce que tout se passe au mieux, la presse devrait, à son avis, travailler à favoriser la transparence du scrutin et la paix afin que le vainqueur réel soit celui qui s’installe au palais de la Marina après le président Boni Yayi. Ce dernier est d’ailleurs salué par le conférencier pour son action à la tête du pays, tant «il a fait sa part» du boulot?

Lu 2889 fois

L'ONIP

L'ONIP

La Nation Magazine